MOZART : Deh, vieni alla finestra (Don Giovanni, 1787)

Ruggero Raimondi dans le Don Giovanni de Joseph Losey (1979)

MOZART Wolfgang Amadeus, Don Giovanni. Il dissoluto punito ossia il Don Giovanni (opéra en deux actes sur un livret de Lorenzo da Ponte, créé le 29 octobre 1787, à Prague) – extrait de l’acte deux, scène un, Canzonetta (Don Giovanni) :

Deh, vieni alla finestra, o mio tesoro,
Deh, vieni a consolar il pianto mio.
Se neghi a me di dar qualche ristoro,
Davanti agli occhi tuoi morir vogl’io !

Tu ch’hai la bocca dolce più del miele,
Tu che il zucchero porti in mezzo al core!
Non esser, gioia mia, con me crudele!
Lasciati almen veder, mio bell’amore!



MOZART (arr. Arcadi Volodos) : Marche turque

© Yuja Wang

“Yuja WANG (née en 1987) est une pianiste chinoise reconnue mondialement pour sa virtuosité technique et son jeu spontané et audacieux. Au-delà de sa technique, elle est également appréciée pour son répertoire éclectique de piano solo et de musique de chambre qui s’étend du 18ème siècle jusqu’au 20ème siècle.

Fille de musicien, Yuja Wang est initiée à la musique très jeune. Elle commence à apprendre le piano à l’âge de six ans avec Luo Zhengmin. Elle étudie ensuite auprès des professeurs Ling Yuan et Zhou Guangren au Conservatoire central de musique de Pékin, des professeurs Hung KuanChen et TemaBlackstone au MountRoyal College Conservatory à Calgary au Canada, et de Gary Graffman au Curtis Institute of Music de Philadelphie.

Elle donne ses premiers concerts en 2003 et se produit en concert ensuite avec de nombreux grands orchestres tels que les orchestres symphoniques de NewYork, de Chicago, de San Francisco, de Houston, et notamment l’Orchestre Philharmonique de Chine. En 2009, elle est parmi les rares musiciens invités pour le concert du YouTube Symphony Orchestra au Carnegie Hall, initiative musicale mondiale et prestigieuse. Elle signe la même année un contrat avec Deutsche Grammophon et produit son premier disque, lequel est très bien reçu. Depuis, la carrière de Yuja Wang s’étend mondialement, et elle est programmée dans les plus grandes salles de concerts européennes, américaines et orientales. Elle se produit aux côtés des plus grands chefs d’orchestre, tels que Claudio Abbado, Daniel Barenboim, Gustavo Dudamel, Daniele Gatti, Charles Dutoit, Valery Gergiev, Mikko Franck, Manfred Honeck, Pietari Inkinen, Lorin Maazel, Zubin Mehta, Kurt Masur, Antonio Pappano, Yuri Temirkanov et Michael Tilson Thomas.”

En savoir plus sur FRANCEMUSIQUE.FR ou sur le site de l’artiste sino-américaine YUJAWANG.COM


MOZART W.A., Sonate pour piano n° 11 en La, K. 331/300 (3e mvmt “Alla Turca”), arrangée par Arcadi VOLODOS (né en 1972) et interprétée par Yuja WANG dont des admirateurs ont également compilé quelques finales “musclés” :


Ecouter encore…

PROJET ENCCRE : L’Encyclopédie à portée de clic

“Les 28 volumes de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert sont désormais en ligne sur le site de l’Académie des sciences. Une interface numérique aboutie permet de découvrir dans toute sa richesse la plus incroyable entreprise éditoriale du XVIIIe siècle. Alexandre Guilbaud, qui a piloté le projet, nous en dévoile les grandes lignes.

C’est un véritable monument du siècle des Lumières qui s’ouvre au public. À l’occasion du tricentenaire de la naissance de d’Alembert, la célèbre Encyclopédie de Diderot, d’Alembert et Jaucourt (le troisième éditeur de l’ouvrage, qu’on oublie toujours de citer !) est désormais accessible en ligne sur le site de l’Académie des sciences dans la première édition critique jamais réalisée. C’est le résultat d’un chantier presque aussi titanesque que celui de la publication, entre 1751 et 1772, des 28 volumes de l’Encyclopédie : il aura en effet fallu plus de six ans à l’équipe du projet ENCCRE (Édition numérique, collaborative et critique de l’Encyclopédie), piloté par l’historien des mathématiques Alexandre Guilbaud, pour aboutir à cette édition numérique. Et c’est loin d’être terminé : si l’intégralité du Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers est aujourd’hui ouverte à la consultation, l’ajout des notes et commentaires destinés à éclairer la lecture des 74.000 articles de l’Encyclopédie n’en est qu’à ses débuts…”

Lire la suite de l’article de Laure CAILLOCE sur LEJOURNAL.CNRS.FR (18 octobre 2017)…


Affiche de l’exposition à la Bibliothèque Mazarine (Paris, FR)

Une exposition a été organisée en 2017-2018 à la bibliothèque Mazarine, qui mettait en relation l’exemplaire original détenu par la Mazarine et l’édition numérique. Elle donnait à voir ce que fut le travail de l’Encyclopédie au XVIIIe siècle, et ce que représente son édition critique au XXIe. Elle mettait également en valeur l’architecture complexe de l’ouvrage, restituait son histoire éditoriale mouvementée, et montrait comment l’Encyclopédie réalisa une ambition fondamentale : “changer la façon commune de penser” (Diderot). [lire la suite de l’article sur ACTUALITTE.COM…]


Plus d’enjeux liés aux dispositifs mis en place par l’Homme…

SCARLATTI : Sonate en La majeur (K. 208) – Adagio e cantabile

SCARLATTI, Domenico (1685-1757) Sonate en La majeur : Adagio e cantabile (K. 208) par Alexandre THARAUD
Scarlatti | Tharaud

SCARLATTI, Domenico (1685-1757)

D’autres incontournables du savoir-écouter :

BACH : Six suites pour violoncelle seul (BWV 1007-1012)

BACH, Jean-Sébastien (1685-1750) Six suites pour violoncelle seul (BWV 1007-1012) par Anner BIJLSMA

BACH, Jean-Sébastien (1685-1750)


D’autres incontournables du savoir-écouter :

SCARLATTI : Il primo omicidio – Perché mormora il ruscello

SCARLATTI, Alessandro (1660-1725) Il primo omicidio : Perché mormora il ruscello dirigé par René JACOBS
Scarlatti | Jacobs

SCARLATTI, Alessandro (1660-1725)

D’autres incontournables du savoir-écouter :

BACH : Concerto italien en Fa majeur (BWV. 971) – II. Andante

BACH, Jean-Sébastien (1685-1750) Concerto italien en Fa majeur : II. Andante (BWV. 971) par Glenn GOULD
Bach | Gould

BACH, Jean-Sébastien (1685-1750) : Concerto italien en Fa majeur (BWV. 971) – II. Andante. par Glenn GOULD (piano, enr. 1981)


D’autres incontournables du savoir-écouter :

MOZART : La Flûte enchantée (K. 620) / Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen

MOZART, Wolfgang Amadeus (1756-1791) La Flûte enchantée : Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen (K. 620) dirigé par Otto KLEMPERER
Mozart | Klemperer

MOZART, Wolfgang Amadeus (1756-1791)

Patricia Petitbon chante la Reine de la nuit

D’autres incontournables du savoir-écouter :

BATTISHILL : Epitaph

BATTISHILL, Jonathan (1738-1801) Epitaph par The Hilliard Ensemble
Battishill | The Hilliard Ensemble

BATTISHILL, Jonathan (1738-1801)

D’autres incontournables du savoir-écouter :