TAROT : Arcane majeur n° 01 – Le Bateleur

Temps de lecture : 13 minutes >

L’arcane Le Bateleur est la première lame du Tarot de Marseille. Elle représente un jeune homme debout derrière sa table garnie qui tient un denier et un bâton. Ce jeune homme représente notre capacité à être là et à exister. Il a en main des potentiels et d’autres capacités en lui-même sur sa table. L’arcane Le Bateleur symbolise le fait de commencer quelque chose. C’est un projet, une idée nouvelle, les débuts d’une activité. C’est une nouveauté qui ouvre des perspectives d’avenir. Le Bateleur représente la jeunesse, l’énergie active, la santé et la force vitale. Avec Le Bateleur le consultant est prêt à faire des choses, à se manifester dans la vie de façon joyeuse et ludique. Le Bateleur c’est l’art de faire et de jouer. Le Bateleur est une image des capacités du consultant. Il possède les quatre éléments qui se retrouvent dans les arcanes mineurs du Tarot de Marseille, à savoir le Denier, l’art de manier la matière et l’argent, le Bâton, l’art de créer et d’user de son intuition, l’Epée, l’art de penser et de s’exprimer et enfin la Coupe, l’art d’aimer et de manifester ses sentiments. Dans sa face sombre, Le Bateleur est un indécis, un touche à tout incapable de poursuivre ce qu’il a commencé. Il est dans le peut-être qui ne se détermine pas suffisamment. Le Bateleur est trop impulsif, il veut tout tout de suite et ne sait pas se poser et n’agit pas avec assez de sagesse…” [d’après ELLE.FR]


Le Bateleur (Tarot de Marseille)

    1. Lame droite : Sens pratique – Ruse – Diplomatie
      1. à sa droite : le 5 d’Epée > Bientôt des enfants
      2. à sa droite : le 5 de Deniers > Récompense – Honneur
    2. Lame renversée : Querelles violentes – Obstacles

Le Magicien ou le Sceptre des éléments (Intuiti)

DESCRIPTION : C’est la flamme qui n’a pas encore été allumée, l’aurore qui porte tous les espoirs du jour naissant, un moment où tout peut arriver. C’est le début qui porte en lui le pouvoir du premier acte, c’est le magicien qui joue avec les éléments, l’enfant qui a dans les yeux le rêve d’une infinité de réalités possibles. Dans le sceptre, il y a l’embryon d’une vie qui est prête à se concrétiser : il porte la joie de l’illusion, qui peut facilement se muter en illusion de la joie. Il est lié au commencement. La question est dès lors : “Suis-je tracassé ou excité à l’idée de commencer quelque chose de nouveau ? Si je suis inquiet, est-ce parce que j’ai peur de ne pas être à la hauteur ou est-ce simplement par paresse ? Les personnes qui aiment bien cette carte ont en général un bon rapport avec les premières phases d’un déroulement, elles sont excitées par de nouveaux défis et elles ont confiance dans leur capacités. A l’inverse, lorsque cette carte provoque l’inconfort,  la personne qui l’a sélectionnée est plutôt angoissée et se sent plutôt impuissante face à la nouveauté ; la peur de l’échec est si forte que cette personne choisit souvent de ne pas agir du tout.

L’HISTORIETTE : Aux uns, il raconte qu’il va devenir le meilleur pilote au monde ;  aux autres, comment il sera le roi des pirates, ou un grand compositeur. Il est satisfait de chacun de ces grands objectifs, parce qu’ils sont tous vrais et que personne ne peut les mettre en doute. C’est parce qu’il est l’enfant et que ses yeux abritent le rêve de milliers de vies possibles.

LA RECOMMANDATION : “Reprenez au début !


Le Bateleur : commencer et choisir (Jodorowsky)

Cliquez sur l’image pour accéder à la boutique wallonica…

EXTRAIT : “Le Bateleur porte le numéro un. Ce chiffre contient la totalité en puissance, il est comme le point originel d’où surgit un univers. Pour Le Bateleur, tout est possible : il a sur sa table, une série d’éléments qu’il peut employer à sa guise, et un sac qu’on peut rêver inépuisable, comme une corne d’abondance. Ce personnage agit depuis sa table vers le cosmos, vers la vie spirituelle. Bien qu’il soit représenté par une figure masculine, Le Bateleur est un androgyne qui travaille avec la lumière et l’ombre, jonglant
de l’inconscient au supra-conscient. Sa main gauche tient un bâton actif et sa main droite, un denier réceptif. Cette pièce jaune, soleil miniature, symbolise la perfection, la vérité, mais elle nous signale aussi que Le Bateleur n’oublie pas les nécessités quotidiennes. Dans l’autre main, son bâton bleu cherche à capter la force cosmique. On y distingue aussi une excroissance couleur chair, comme un sixième doigt qui trouvera son écho, dans la seconde série décimale, dans le sixième orteil de La Force. Ce sixième doigt est peut-être une indication de sa dextérité, de son habileté à organiser le réel selon son intelligence, mais il demeure mystérieux. Le Bateleur pourrait être un prestidigitateur qui cache quelque chose sous la table, ou au contraire un initié…

Astuce • Initiation• Commencement• Besoin d’aide •
Habileté • Jeunesse • Potentialités • Concrétiser •
Disciple • Malice • Verve • Talent • Tricheur (sacré)…”


Le guérisseur (Vision Quest)

L’ESSENCE : Forces mystiques – Votre Animus – Confiance dans la force de la nature – Clairvoyance – Aptitude à ressentir intuitivement de l’intérieur – Energie qui coule – Capacité et volonté à apporter de l’aide – Expérimenter avec le nouveau et le manifester dans le monde matériel.

LE MESSAGE INTÉRIEUR : Le Guérisseur attire votre attention sur le fait que vous vous trouvez juste  devant ce que vous cherchez. Dès que vous transformerez votre sentiment du vouloir être en ETRE, vous goûterez à la première force de cette carte. Dès que vous vous concentrez sur la SIMPLICITE en quelque sorte de votre vie, et que vous refuserez à la ténacité de votre pensée à vouloir compliquer les choses de plus en plus, alors vous une nouvelle compréhension naîtra en vous. En vous consacrant dans le cœur de la simplicité des choses, vous reconnaissez vos plus grandes capacités , vous découvrez ce que signifient force véritable et créativité réelle. Avec votre confiance grandissante dans le merveilleux de votre vie, et donc dans le Grand Mystère , qui nous entoure tous, votre capacité à utiliser les forces que vous redoutiez se développe. Acceptez maintenant avec gratitude l’aide qui s ‘offre à vous.

LA MANIFESTATION EXTÉRIEURE : Risquer quelque chose qui doit être risqué est favorablement soutenu par la force du guérisseur en vous. Peu importe si ce risque est d’ordre professionnel ou privé. Vous pouvez plus que vous ne le croyez. Vous êtes bien plus que ce que vous savez. Votre vraie nature existe au-delà de toutes imaginations humaines. Si vous laissez en vous les portes spirituelles s’ouvrir et si vous vous adonnez à la nouveauté de tout votre cœur, plein d’énergie et de force , votre vie extérieure fleurira inopinément. Vous avez la chance de guérir aussi bien intérieurement qu’extérieurement et de dépasser les limites que vous vous êtes fixées. Méditez sur vos forces en vous I La vraie force du guérisseur en vous repose sur la confiance dans les lois de la nature de la vie qui reflètent fidèlement les forces du Grand Mystère. Sa plus grande force se trouve dans l’ouverture et la clarté de sa perception. Elle est la clé qui mène à son intérieur.


Le Bateleur (tarot maçonnique)

La plante se cherche au sein des éléments. Le Bateleur puise les qualités de sa régénération dans la nature profane.

Le sens général de cet arcane est similaire à celui de la materia prima pour l’alchimiste ; matière brute qui cependant porte en elle le potentiel de l’or le plus pur. C’est pourquoi il est logique d’assimiler le Bateleur au profane qui vient frapper à la porte du Temple, espérant y trouver les éléments qui lui permettront de faire fructifier ses propres qualités potentielles. Les quatre éléments de la Tradition sont ici symbolisés par des objets propres au Tarot (bâton, épée, denier, et coupe qui seront étudiés plus loin). Mais cette carte est aussi le constat d’une réalité présente, c’est pourquoi les symboles des éléments sont doublés de leur représentation directe : en haut le feu et l’air, en bas l’eau et la terre sur laquelle le bateleur est encore enraciné. Celui-ci est comme une plante qui croîtra dans l’ordre de la nature, et dont le calice est prêt à s’épanouir. Ce personnage n’a pas de visage car son moi profond est encore indifférencié et n’existe pas par lui-même. La couleur verte dominante est celle qui correspond à l’onde médiane du spectre chromatique. C’est la couleur de la nature, c’est aussi la première et la dernière des teintes perçues par l’œil humain qui s’éveille à la vie et qui sombre dans la mort.


Le Chaman (Forêt enchantée)

Position sur la Roue : le Chaman est placé sur le moyeu de la Roue, à l’opposé du Voyant. Il se trouve dans le quadrant représentant l’air et symbolise des aspects de la magie, de la protection et de l’intuition.

DESCRIPTION : Le Chaman vous fixe depuis la lame de ses yeux clairs, son regard intense évoquant quelque chose d’ancien et de profond. Il est enveloppé d’une peau d’ours ornée de dessins paléolithiques d’esprits animaux, pareils à ceux découverts dans la grotte des Trois Frères, dans l’Ariège. Un des dessins montre une forme humaine arborant une peau de bison et jouant d’un arc, en train de danser, un autre, une créature à tête de hibou et bois de cerf. Sur le sol, devant lui, sont posés des objets représentant les quatre éléments : une crécelle faite d’un crâne de chevreuil (air), un couteau de pierre (terre), un fagot dégageant de la Fumée (feu) et une coupe faite d’un bois de cerf évidé (eau). Il se tient à l’opposé du Voyant sur le moyeu de la Roue et est l’intermédiaire de l’élément air, représentant les énergies et les plans de conscience qui défient la rationalisation humaine et sont donc tenus pour magiques.

SIGNIFICATION : Pour les auteurs de ces dessin s anciens, l’univers était un lieu où les éléments et les savoir-faire humains étaient étroitement entrelacés avec les qualités et les prouesses des créatures sauvages. Le bien-être spirituel humain était dépendant de l’échange empathique et du respect de la mémoire ancestrale sacrée de toute vie. La médiation des gardiens totémiques et des déités était l’une des principales fonctions spirituelles du chaman. Cette lame ouvre les portes, éclairant le labyrinthe de l’univers intérieur et l’autre monde du mental universel. La qualité unique du Chaman est sa capacité d’entrer en contact avec tous les plans de vie douée de sensibilité de la Terre et de communiquer avec eux. La sagesse et la joie suggérées par le chant obsédant des baleines le font frémir, sa peau picote d’excitation en entendant le hurlement des loups. Son âme résonne avec l’appel inaudible des montagnes et sourit avec joie pure au bruit d’une cascade. Le Chaman pratique sa magie avec intention. Il étudie les habitudes des créatures sauvages, il comprend les modifications climatiques qui apportent de bonnes ou de mauvaises récoltes. li connaît les plantes curatives et les champignons vénéneux, il peut traverser les ténèbres en observant la danse rituelle des êtres magiques qui peuplent le ciel nocturne. Il remercie les arbres qui fournissent chaleur et lumière en hiver et rassemble les jeunes autour du feu pour les enchanter et les éduquer en leur contant des récits de grande aventure et courage. Grâce au travail intérieur et à la méditation, le Chaman vous donne une idée de votre véritable place dans le monde et vous aidera à la comprendre, rendant possible l’application pratique et la manifestation de la sagesse et de la volonté dans votre monde physique. Cela exige consécration, patience et engagement – c’est la nature de la vraie magie.

POINTS ESSENTIELS DE LA LECTURE : Vous entendrez le son d’un tambour ou le chant du vent, la lumière dansera sur l’eau ou un renard aboiera à minuit. Quoi que ce soit qui éveille votre désir de revenir à la nature, votre Chaman intérieur. est prêt pour l’initiation aux mystères. Celle-ci se manifestera sous la forme d’une envie d’étudier une science ou une philosophie ésotérique et d’appliquer ce que vous avez appris. Un voyage s’avère parfois nécessaire pour acquérir confiance et expérience. Si vous voulez ouvrir un nouveau chapitre spirituel, vous êtes maintenant dans la position émotionnelle et intellectuelle de susciter un véritable changement dans votre vie pour le plus grand bien de tous. Ce processus de focalisation, de médiation et d’application de la sagesse de l’autre monde à la réalité quotidienne est le véritable travail du Chaman.

Racines et branches
Homme sauvage des bois • Merlin comme maître et disciple • Mémoire ancestrale des animaux sauvages • Déplacement entre les mondes • Rituels et fonctions de l’homme-médecine


Lug (tarot celtique)

En matière de divinités, César observait que chez les Celtes, Mercure est le dieu qui reçoit le plus d’hommages. Ses effigies sont les plus répandues. Il est, pour eux, l’inventeur de tous les arts, celui qui guide les voyageurs sur les routes, qui protège les marchands et peut leur faire gagner beaucoup d’argent. Qu’il s’agisse d’un dieu particulièrement important, l’abondance du matériel archéologique (plus de deux cents statues et environ quatre cent cinquante inscriptions) le confirme. Mais derrière cette divinité à l’empreinte gréco-romaine évidente se cachent des dieux plus anciens au caractère typiquement celtique. Le Mercure gaulois, que bon nombre de spécialistes assimilent à l’ancien dieu Lug (d’autres, en revanche, l’identifient à Teutates, Esus et Sucellos), porte bien le pétase et le caducée, mais les serpents qui s’enroulent autour de ce dernier possèdent souvent une tête de bélier, chère au symbolisme des Celtes. Doté d’une longue barbe, il est par ailleurs vêtu de l’habit de voyage celtique : un manteau de peau, avec une besace et un bâton de pèlerin sur lequel s’entrelacent justement les deux serpents. Le torque (collier d’or torsadé) qui orne son cou ne laisse subsister aucun doute. Tout comme ses armes qui sont celles, classiques, du guerrier celte : la fronde (qui lui sert, dans le mythe, à frapper l’œil de Balor, le chef des mauvais géants, ennemis des dieux, et néanmoins son grand-père) ; l’épée invincible (originaire de la mythique cité de Gorias) ; le javelot et la lance magique plongée dans le poison. À l’instar d’Odin (germanique) et de Varuna (indien) , il accomplit au combat des actions magiques en restant sur un seul pied, en gardant un seul œil ouvert et en chantant une sorte de charme. Détail curieux : adoré comme dieu du ciel (et aussi forgeron , artisan et généralement maître des arts et de la magie), Lug a des mains énormes. Il pourrait s’agir d’une allusion aux rayons du Soleil ou à la foudre, mais il ne faut pas oublier non plus le lien symbolique entre la planète Mercure et l’habileté manuelle. Ce n’est pas un hasard si, dans la légende irlandaise, quand le dieu se présente au palais du roi Nuada en se faisant passer tour à tour pour un menuisier, un forgeron , un guerrier, un joueur de harpe, un médecin, un poète ou bien encore un magicien, on le qualifie de Samildranach (habile dans tous les arts), et si son entrée à la cour intervient au terme d’une série d’épreuves (dont une partie d’échecs avec le roi, un privilège accordé seulement aux souverains) dont il sort vainqueur. Comme cela arrive souvent dans la caractérisation des anciennes divinités de la nature et des éléments, Lug est un dieu belliqueux , violent, mais aussi bienfaisant, doué pour les opérations intellectuelles, artisanales et l’exercice de la médecine. Son ascendance moitié sombre (par sa mère, il est le petit-fils du géant Balor, qui tue d’ un regard de son œil unique), moitié claire (son père Kian est le dieu du Soleil) justifie d’ailleurs cette ambivalence. La légende raconte que Balor, roi des méchants Fomoiré, apprit par une prophétie qu’il mourrait de la main de son propre petit-fils. Il fit alors enfermer sa fille unique Ethlin dans une tour gardée par douze nourrices. Cela n’empêcha cependant pas Kian, déguisé en femme et grâce à un sommeil magique qui mit les nourrices hors jeu, de pénétrer dans la tour, fermement décidé à séduire Ethlin pour se venger de Balor qui l’avait trompé. Devenue très belle, Ethlin rencontra ainsi son époux et les deux êtres s’éprirent tout de suite l’un de l’autre. Des triplés naquirent de leur amour et Balor, furieux, ordonna à un héraut d’en faire un paquet et d’aller le jeter dans la mer. Mais en chemin, le paquet se dénoua et l’un des trois enfants, le petit Lug , tomba et échoua dans une baie où il fut recueilli par une druidesse qui, par magie, le transporta chez Kian, son père. Kian le confia à son frère forgeron, qui l’éleva et lui enseigna tous les trucs du métier. L’une des quatre fêtes principales de l’année celtique (Lugnasad, mariage de Lug) avait lieu au début du mois d’août en l’honneur de Lug et de sa mère adoptive Tailtiu, une divinité de la terre. On célébrait à cette occasion les noces entre les jeunes de la tribu.

LA CARTE : Bonnet pointu de magicien, manteau de pèlerin, bourse de marchand remplie de pièces de monnaie et bâton typique du voyageur sur lequel s’enlacent, sous la forme de serpents, les deux courants énergétiques masculin et féminin, contraires et complémentaires : il s’agit sans aucun doute d’ une version celtique du caducée de Mercure, la baguette magique du dieu grec doté, exactement comme Lug, de diverses capacités suggérées par les énormes mains. Le coq qui l’accompagne constitue un autre symbole mercurien, de même que le bouc, la tortue et, naturellement, le serpent. Mais au côté clair et lumineux du dieu polyvalent vient s’ajouter la face obscure et violente du guerrier redoutable, fort comme un lion, comme les flots de la mer déchaînée, très bien représentée par le lance-pierre et la lance trempée dans le poison.

SIGNIFICATION ÉSOTÉRIQUE : Avec toute la fougue de ses qualités guerrières alliées à la ruse et à l’intelligence dont il est le champion, Lug incarne l’approche correcte de l’action, éventuellement envisagée rationnellement, avec un soupçon de froideur, mais affrontée avec élan et enthousiasme. En partant du bon pied, tel le voyageur qui progresse avec assurance le long de sentiers inaccessibles, le succès est déjà à moitié garanti. L’autre moitié dépend de l’ étoffe de chacun et de la nature du temps. Quelle que soit la situation, la diplomatie, la faculté d’adaptation, l’esprit d’initiative et, surtout, la polyvalence permettant de s’attaquer aux difficultés simultanément sur plusieurs fronts vous aideront à en sortir vainqueur. Rien n’est statique, tout bouge, mais le mouvement requiert du courage, de la résistance et de la curiosité face à l’imprévu: attention à ne pas reculer ou, pire encore, à camper sur des positions dépassées ! En exploitant au mieux ses talents, on s’en découvre toujours de nouveaux. Dans l’optique du guerrier celte prêt à mourir pour prouver sa valeur, s’abstenir d’agir, par paresse ou par peur, équivaut à mal agir, avec une violence disproportionnée par rapport à la situation.

MOTS CLEFS : initiative, éclectisme, voyage.

A L’ENDROIT : initiative, diplomatie, habileté, éclectisme, enthousiasme, audace, progrès ; début d’une relation importante, conquête, recherche, étude, bonnes chances de réussite ; excellente santé, vitalité, résistance à la fatigue ; un homme jeune, un commerçant, un agent de voyages ; le fiancé, l’amant ; une personne libre et indépendante.

A L’ENVERS : incapacité, statisme, lâcheté, illusion, indécision, erreur, tromperie ; frustration, manque de volonté, paresse, peurs injustifiées ; violence, imprudence, ambition sans frein , impatience, discorde ; commencement raté d’une entreprise, apprentissage insatisfaisant, obstacles au succès de diverse nature ; dangers liés à des armes, blessures, fièvres, maux de tête, problèmes respiratoires ; un escroc, un menteur, un incapable.

LE TEMPS : matin, mardi et mercredi, printemps, avril et juin.

SIGNE DU ZODIAQUE : Gémeaux.

LE CONSEIL : mettez à profit tout ce que vous savez faire et risquez une tentative : perdre un temps précieux ne vous mènera à rien.


RETOUR A L’INDEX DES ARCANES…


Lisons encore les symboles…