DEGEY : Et voici les robots ! (CHiCC, 1994)

Temps de lecture : 5 minutes >

L’euphorie de la Libération fut de courte durée, car bientôt allaient apparaître dans le ciel liégeois de redoutables engins de mort et de destruction, les V1 et les V2.

Les V1 appelés aussi “bombes volantes” ou “robots” (de “Vergeltunngswaffe 1” : arme de représailles n°1) sont de petits avions sans pilote, munis d’une tonne d’explosif et propulsés par réaction.

Caractéristiques principales
Longueur hors tout : 7,85 m
Longueur du fuselage : 5,55 m
Diamètre du fuselage : 0,85 m
Longueur du tube propulsif : 3,50 m
Envergure : 5,40 m
Profondeur d’aile : 1,04 m
Poids (environ) : 3000 kg
Explosif (environ) : 1000 kg
Vitesse : 580 à 620 km/h.
Portée maximum : 300 km

Le V2 (“Vergeltungswaffe 2”) est une fusée géante supersonique dont le tir rappelle celui d’un projectile d’artillerie. Les premiers V2 opérationnels apparurent dès septembre 1944.

Caractéristiques principales
Poids à vide : 13,5 tonnes
Poids au départ : 23 tonnes
Charge explosive : 910 kg
Combustible : Alcool: 3400 kg
Oxygène liquide : 5000 kg
Longueur : 14,50 m
Diamètre : 1,70 m
Vitesse  : 4800 km/h
en fin de combustible : 2000 m/s
en chute : 1500 m/s
Altitude : 96 000 m
Rayon d’action : 360 km

Nous sommes à Sclessin, le 21 novembre 1944, par une belle journée d’arrière-saison. L’école Saint-Hubert a tant bien que mal rouvert ses portes… Mes petits élèves s’appliquent sur un exercice quand soudain un curieux bruit de moteur se fait entendre. Un bruit de grosse moto qui remorquerait des casseroles ! C’est une forteresse volante qui va atterrir à Bierset”, dis-je, rassurant. Et tout mon petit monde de s’approcher des fenêtres espérant voir une forteresse volante de plus près. Au même moment, le bruit cesse brutalement et nous apercevons une espèce de petit avion qui, survolant l’église, plonge silencieusement vers le sol, tel un oiseau de proie. Reconnaissant un robot, je hurle : “A plat ventre !”

Tous se couchent comme un seul homme, car on connaît la “musique”. Ils ont vécu les bombardements du mois de mai, mes gamins ! Broummm ! … Une forte déflagration fait vibrer ce qui reste encore de vitres aux fenêtres de la classe et, nous relevant, nous voyons une colonne de fumée monter du côté de la rue du Parc (rue des Marécages). Un enfant qui habite dans cette rue a compris… Il se précipite aussitôt hors de la classe en hurlant : “Maman ! Maman !” Impossible de le rattraper !

Le temps de nous ébrouer un peu, de commenter l’événement et déjà des mères affolées et hagardes viennent rechercher leur progéniture. Heureusement pas de victime, seulement des dégâts matériels aux toitures et aux vitres du voisinage car l’engin a percuté le petit terril qui fait face à la rue du Parc, de l’autre côté du chemin de fer.

C’était la première bombe volante d’une série de 39 qui allaient s’abattre sur Sclessin. Pendant près de deux mois, du 21 novembre 44 au 16 janvier 45, les habitants de l’agglomération liégeoise vont vivre dans les caves. Les attaques par V1 et par V2 se déroulèrent en deux périodes successives : du 20 novembre au 3 décembre, puis du 16 décembre au 2 février, faisant pleuvoir sur l’agglomération quelque 970 V1 et une quarantaine de fusées V2.

148 tombèrent sur la ville faisant 374 tués et 997 blessés, sinistrant quelque 47 258 immeubles. 87 tombèrent sur Ougrée dont 39 à Sclessin, faisant 97 tués, 178 blessés et sinistrant 1 246 immeubles. 2 141 bombes tombèrent sur notre province faisant 1 045 tués, 1 978 blessés graves, 7 000 blessés légers et endommageant 63 652 immeubles. Le nombre de tués fut relativement faible, 1 par bombe, tandis qu’il fut de 2,5 à Londres et 2,8 à Anvers. La moyenne des impacts au kilomètre carré fut de 5,7 pour l’agglomération et 7,2 pour la ville de Liège (Anvers ville 5,3 agglomération anversoise 4,2 et Londres 1,5). C’est surtout vers la mi-décembre que les impacts furent le plus nombreux, et particulièrement la veille de Noël, quand Von Rundtsedt déclencha l’offensive des Ardennes.

C’est à Anvers que les V2 furent les plus meurtriers : le 27 novembre, sur le coup de midi, une fusée explose au carrefour de l’avenue de France, creusant un cratère d’une vingtaine de mètres de diamètre au milieu de  la chaussée. On releva 128 morts et près de 200 blessés. Le 16 décembre, le jour choisi par Von Rundstedt pour déclencher son offensive, une autre fusée tombe sur le cinéma Rex, où on joue “Magic in Music” avec Allan Jones, Susanne Foster et Margaret Lindsay. Des décombres on retirera 271 morts et près de 2 000 blessés.

La plupart de ces engins furent lancés de l’Eifel. Les V2 étaient les plus redoutables, car étant supersoniques, on n’entendait le bruit de propulsion qu’après l’explosion. Et nos Liégeois s’installèrent dans leurs caves, rapidement aménagées. On y installa des poêles dont les buses sortaient par les soupiraux… ce qui provoqua plus d’un juron quand un noctambule, dans le “black-out”, heurtait une de ces précieuses buses.

La gare de Sclessin © garesbelges.be

La vie suivait quotidiennement son train-train malgré les robots, et, le soir venu, on regagnait les caves aménagées en chambre à coucher. Quelques planches sur des caisses, une paillasse et la famille avait un lit ! Notre petit Jean-Marie dormait dans une niche à vin, sous l’escalier de la cave. Rue du Parc, j’ai pu admirer une cave aménagée avec un tel soin que les bois de soutènement, ajoutés par le papa mineur pour  renforcer les voûtes avaient été couverts de tapis à fleurs… pour faire plus joli.

Comme l’écrira plus tard la Gazette Illustrée, “la stoïque population liégeoise vécut d’affilée 300 heures de cauchemar, de terreur, de ruines, de deuils, d’asphyxies, de larmes, de faim et de froid.” Même notre Meuse se mit de la partie en se payant une petite crue hivernale qui obligea maints Sclessinois à camper sur pilotis dans leurs caves inondées… !

Les caves étaient devenues le centre des réunions familiales. D’une cave à l’autre, on s’interpellait, on papotait, car des ouvertures hâtivement pratiquées dans les murs mitoyens permettaient à plusieurs immeubles de communiquer entre eux, un moyen de faciliter les sauvetages. On y écoutait la radio quand le courant n’était pas coupé ; alors on y vivait “à la chandelle” comme au bon vieux temps. On y cuisinait, on y mangeait, on y ravaudait, on y jouait aux cartes, mais toujours sur le qui-vive, prêtant l’oreille, car on entendait venir les vilains oiseaux avec leur roucoulement sinistre !

Même le chat du voisin se précipitait à l’abri dès qu’il entendait leur ronron ! Et quand on ne les entendait plus… ils allaient tomber. Avec l’habitude, on prévoyait leur trajectoire. “Celui-là, c’est pour le Pont d’Ougrée… Celui-là, c’est pour le Laveu… Celui-là, c’est pour les Guillemins… Aïe, ci-châl c’est po nos’autes !”  Et puis : “Il a pété” Phrase devenue tellement coutumière à Liège qu’elle servit de titre à une revue du Troca : “Il a pété” !

On ne sortait que pour se rendre au travail, porter secours aux victimes ou pour aller en quête de ravitaillement. Certains Sclessinois délaissèrent leur maison pour aller coloniser des abris plus sûrs ou prétendus tels ! Il y eut une colonie dans le tunnel du “Corbeau”, au-dessus de la rue Sous-les-Vignes, aux confins de Tilleur, une autre dans un tunnel de la houillère du Bois d’Avroy débouchant rue Galilée, une centaine encore de “colons” dans les fours de la briqueterie de Gérimont (TDS), d’autres enfin dans les abris du Pays de Liège et des Ateliers de la Meuse. Une douzaine élit même domicile dans les chambres à mines de la pile du pont de Renory se trouvant à la gare de Sclessin.

Désirant donner des précisions sur les points de chute des robots dans nos quartiers, nous avons voulu consulter les journaux de l’époque. Hélas, dans La Meuse, comme dans la Gazette de Liége, aucune mention de ces deux mois de bombardements… Et nous nous sommes rappelé que pendant ces deux mois dramatiques, la censure américaine avait interdit de publier quelque information que ce soit susceptible de renseigner l’ennemi sur les effets ou la précision de ses tirs.

Emile DEGEY

  • illustration en tête de l’article : un V2 vient de tomber au pied de la colline de Cointe © lameuse.sudinfo.be

Brochure éditée par “ALTITUDE 125”, la Commission Historique et Culturelle de Cointe, Sclessin, Fragnée et du Bois d’ Avroy.