Les podcasts de la chaîne wallonica.org

Bonjour, bienvenue sur la chaîne wallonica. Ceci est le premier épisode de la première saison de notre chaîne, entièrement dédiée aux savoirs wallons et bruxellois : les podcasts de wallonica.org. Chacun des épisodes enregistrés est intégralement transcrit sur le blog éponyme (ça veut dire “du même nom”). Ecoutez curieux ! Mais, d’abord, savez-vous pourquoi suivre le blog encyclo wallon, ça fait du bien ? Pour en savoir plus, écoutez ceci…

31 octobre 2022. Notre équipe de wallonica enregistre le premier podcast de la chaîne wallonica.org, désormais disponible sur toutes les bonnes plateformes de podcasts. L’objectif est de permettre aux mal-voyants, à ceux qui cuisinent en écoutant leur tablette et aux grands paresseux de la lecture de quand même bénéficier des contenus de l’encyclo wallonne.

On retrouvera donc autant des tribunes libres que des contes et des poèmes, des articles de fond que des articles plus techniques portant sur l’encyclopédie et son édition (les fameux articles des maisons Jaucourt).

Pour les curieux que vous êtes, Larousse donne la définition suivante pour le terme “podcast” : “nom masculin (de iPod, nom déposé et de l’anglais broadcast, émission). Émission de radio ou de télévision qu’un internaute peut télécharger et transférer sur un baladeur numérique ; fichier correspondant. (Au Québec, on dit balado.)”

Au fil de leurs enregistrements, les liens vers les différents épisodes seront regroupés ci-dessous, par catégorie. Nous avons dévoyés le dispositif des “saisons” (pensez à vos séries tv) pour le remplacer par les catégories qui nous permettent de regrouper les différents articles :

SAISON 1 = FAISONS LES PRÉSENTATIONS :

      • 01.01-PRÉSENTATION : wallonica.org, c’est quoi ?
      • 01.02-PRÉSENTATION : wallonica.org, un projet urgent !
      • 01.03-PRÉSENTATION : notre positionnement.
      • 01.04-PRÉSENTATION : notre métier au quotidien.
      • 01.05-PRÉSENTATION : chez nous, on ne classe pas comme tout le monde !
      • 01.06-PRÉSENTATION : le Carré wallonica, en bref.
      • 01.07-PRÉSENTATION : une feuille de route commencée en… 2000 !

SAISON 2 = ARTEFACTS | LITTÉRATURE :

      • [en construction]

Les règles de la ponctuation en français et… dans wallonica.org

Les règles de la ponctuation en langue française sont souvent méconnues, voire malmenées. La ponctuation en français est pourtant essentielle pour structurer la phrase et la rendre intelligible. Il est aussi primordial de maîtriser les quelques normes d’écriture de la ponctuation afin de respecter les standards établis et de pouvoir bien écrire. La ponctuation, c’est donc plus de clarté, de confort pour le lecteur, et de qualité d’écriture. Ce n’est pas pour rien qu’elle serait apparue avec les grammairiens de la Grèce antique. LALANGUEFRANCAISE.COM vous explique tout dans cet article [NdlR : et les animateurs de notre réseau d’édition ‘Jaucourt’ surlignent dans le texte ou commentent dans des paragraphes en indentation, toujours en rouge].

1. La virgule

La virgule permet de marquer une courte pause dans la phrase. C’est un séparateur qu’on utilise fréquemment pour laisser le lecteur respirer et donner du rythme dans la phrase. La virgule s’emploie…

      • Lorsque nous faisons une énumération ou une liste de choses :
        Je dois acheter du pain, de la confiture, du miel, un fruit et du sel.
      • Pour séparer des mots, des groupes de mots ou dans le cas où elles sont articulées avec « et », « ou », « ni » (lorsqu’on les répète plus de deux fois) :
        Il ne craint ni le vent, ni le froid, ni la neige.
        Pour remplacer les conjonctions « et », « ou », « ni » (la conjonction n’apparaît qu’avant le dernier mot) :
        Vous avez la possibilité de prendre du chocolat, du pain, du beurre et de la confiture.
      • Devant des mots, groupes de mots ou des prépositions pour changer le rythme de la phrase ou accentuer un sens que l’on souhaite donner :
        Je mangerai, mais un peu plus tard
        Nous irons au cinéma, car je sais que tu as besoin de te changer les idées.
      • Pour mettre en relief un élément placé en tête de phrase :
        En haut de la Tour Eiffel, nous pouvons voir tout Paris.
        Moi, je ne croirais jamais une telle chose.
        Exception : lorsqu’on inverse les sujets, les éléments placés en tête de phrase ne sont pas séparés par une virgule. Exemple : dans le salon attendent les invités.
      • Pour isoler ou encadrer des mots, groupes de mots ou propositions qui donnent des informations complémentaires :
        L’enfant, épuisé par cette première journée d’école, s’est rapidement endormi.
        Je vais vous expliquer la formation des nuages, dit le professeur.
      • Pour signifier un déroulement dans le temps
        Je la vois, je lui demande son prénom, elle me le dit.
      • Après le nom de lieu dans l’indication des dates :
        Grenoble, le 17 octobre 1973.
Règles d’écriture

En français la virgule suit directement le mot et est suivie d’une espace : texte,[espace] texte. En anglais : même chose.

2. Le point-virgule

Le point-virgule permet de marquer une pause plus importante que celle de la virgule. Il est souvent utilisé pour marquer une séparation nette dans la phrase sans avoir recours au point. On l’utilise…

      • Pour séparer des propositions ou expressions qui ont peu de relation entre-elles mais un lien logique :
        La planète se réchauffe ; les glaciers reculent d’année en année.
      • Lorsque la deuxième proposition débute par un adverbe :
        Sa voiture est tombée en panne au milieu de la campagne ; heureusement un fermier passait par là.
      • Pour mettre en parallèle deux propositions :
        Isabelle jouait au tennis ; son frère préférait le football.
        Remarque : Le point-virgule s’utilise toujours en milieu de phrase et n’est jamais suivi d’une majuscule.
      • Pour séparer les termes d’une liste introduite par un deux-points :
        Acheter à l’épicerie :

          • 3 oranges ;
          • 2 pamplemousses ;
          • 4 citrons.
Règles d’écriture

En français le point-virgule est entouré d’une espace : texte[espace];[espace]texte. En anglais : texte; [espace]texte.

3. Les deux-points

Les deux-points sont généralement utilisés pour désigner ou annoncer quelque chose dans la phrase. Ils peuvent annoncer…

      • une énumération :
        Les trois meilleurs coureurs de la course sont : Thomas, Stéphanie, Nicolas.
      • une citation ou des paroles rapportées :
        Paul Valéry a dit : « L’art est fait de beaux détails. »
        Arrivé au bord de la falaise, il s’écria : « Ciel, je suis perdu ! »
      • une explication ou précision (relation de cause ou de conséquence) :
        Je n’ai nullement aimé ce film : il était tellement vulgaire.
        Il n’a pas fini ses devoirs : il n’ira pas jouer avec son frère.
Règles d’écriture

En français les deux-points sont entourés d’une espace : texte[espace]:[espace]texte. En anglais : texte:[espace]texte. Il vaut mieux éviter la répétition des deux-points dans une même phrase (on peut les remplacer par « car » ou « parce que » ou reformuler la phrase).

4. Le point

Le point indique la fin d’une phrase avec la réserve suivante : excepté les titres d’œuvres (livre, film…), une phrase nominale, ou sans verbe, se termine par un point. Exemples :
Voici une très belle histoire.
Le portrait de Dorian Gray (roman de Oscar Wilde)

Règles d’écriture

En français le point suit directement le dernier mot et est suivi d’une espace : texte.[espace]texte. En anglais : même chose. Dans les deux cas, le mot suivant le point débute par une majuscule.

5. Les points de suspension

Les trois points de suspension peuvent être utilisés dans différents cas. Ils expriment souvent un doute, ou un silence. On les utilise pour…

      • indiquer que la phrase est interrompue. Plusieurs cas :
        1. La phrase commencée est abandonnée
          Attends que je… Il va me rendre fou !
        2. Ils indiquent une hésitation en cours de phrase
          Elle est… partie hier matin.
        3. Ils expriment la suite d’une énumération sans la citer (remplace « etc. »)
          J’aime de nombreux peintres : Cézanne, Corot, Klimt, Delacroix, Pissaro, Toulouse-Lautrec…
      • sous-entendre une suite, une référence, une complicité avec celui à qui on s’adresse, un effet d’attente :
        Vous me comprenez…
        Un jour, je ferai le tour du monde…
      • être employés après l’initiale d’un nom ou d’un mot (généralement grossier) que l’on ne souhaite pas citer
        Monsieur K… m’a raconté cette étrange histoire.
        Marre de cette p… de vie !

Les points de suspension ne sont jamais précédés d’une virgule ou d’un point-virgule. Entre crochets, les points de suspension indiquent une coupure dans une citation.

WALLONICA.ORG : en ‘écriture web’, les points de suspension peuvent également remplacer les deux points quand les éléments de la liste qui suit contiennent eux-mêmes des paragraphes avec deux points, comme dans cet article.

Règles d’écriture

En français : texte…[espace]texte.

6. Le point d’interrogation

Le point d’interrogation se place à la fin d’une phrase qui pose une question. Remarques…

      • Dans l’interrogation indirecte, on utilise le point et non pas le point d’interrogation :
        Je me demande s’il a réussi son examen.
      • Placé entre parenthèse (?), le point d’interrogation marque l’incertitude.
        William Shakespeare est né le 23 ( ?) avril 1564 à Stratford sur Avon.
Règles d’écriture

En français le point d’interrogation est entouré d’une espace : texte[espace]?[espace]texte. En anglais : texte?[espace]texte.

7. Le point d’exclamation

Le point d’exclamation permet d’exprimer la surprise, l’exaspération, l’admiration, un ordre… Il s’emploie également après l’interjection ou le mot qui marque l’exclamation. On peut aussi le mettre à la fin d’une phrase pour signifier son intonation exclamative :
Hélas ! vous ne le reverrez pas avant longtemps.
Il aurait pu venir avant !

Remarque : lorsque le point d’exclamation marque une interjection (« Hélas » par exemple) il n’est pas suivi d’une majuscule.

Règles d’écriture

En français une espace entoure le point d’exclamation : texte[espace]![espace]texte. En anglais : texte![espace]texte.

8. Les guillemets

Les guillemets sont une invention de Guillaume, dit Guillemet, en 1525. Ils permettent d’encadrer les paroles ou écrits de quelqu’un ou de faire une citation. Les guillemets sont également utilisés pour un mot, une expression, utilisés dans un contexte inhabituel, que l’on désire souligner ou nuancer. De même que pour des mots étrangers ou argotiques :
Après une séance de yoga, je me sens tellement « cool »

Remarque : lorsque nous citons un texte, il faut le respecter. Dans le cas où l’on souhaite l’écourter, il faut ajouter des points de suspension entre crochets (voir la section crochets).

WALLONICA.ORG : ceci vaut au début ou à la fin d’une citation comme au cœur d’un texte dont on ne cite pas une partie.

Dans un dialogue, on place un tiret à chaque prise de parole sauf pour la première :
A son arrivée à la clinique, une secrétaire lui demanda :
« Avez-vous un rendez-vous ?
– Oui, à 10h30.
– Parfait, asseyez-vous, je vous prie. »

On place le point à l’intérieur des guillemets lorsqu’on cite une phrase entière, sinon on le place à la suite des guillemets.
« L’homme est venu hier. »
Elle a précisé qu’il était arrivé « hier ».

Règles d’écriture

On distingue les guillemets à la française « … » et les guillemets droits (utilisés dans les pays anglosaxons) “…”. On veillera à mettre des espaces insécables entre les guillemets français et le mot qu’ils entourent. En français : texte[espace]«[espace insécable]texte[espace insécable]»[espace]texte. En anglais : texte[espace]”texte”[espace]texte.

WALLONICA.ORG : les rédacteurs font exclusivement usage des guillemets ‘à l’anglaise’ (texte[espace]”texte”[espace]texte) et veillent à remplacer les guillemets français par ceux-ci dans les texte de tiers (ex. dans la Revue de presse). La fonction [Modifier > Rechercher et remplacer] permet d’appliquer cette règle avant d’entamer la relecture d’un texte :
“Longtemps je me suis couché de bonne heure…”
Les mots employés hors de leur contexte habituel sont encadrés d’apostrophes sans espace (texte[espace]’mot'[espace]texte) :
Il prétendait avoir ‘bouffé’ la moitié de la récolte…
Les titres d’œuvres (livres, morceaux de musique…) sont simplement écrits en italiques, sans guillemets ou apostrophes :
Dans Les étoiles s’éteignent à l’aube, Richard Wagamese…

9. Les parenthèses

Les parenthèses permettent d’isoler un mot ou un groupe de mots à l’intérieur d’une phrase, pour ajouter un commentaire, une précision, etc. Concernant la ponctuation finale, on suit la même règle que pour les guillemets en mettant le point à l’extérieur des parenthèses si elles ne contiennent qu’un segment de phrase :
Cette mesure est révisée. (Ainsi en a décidé le Conseil.)
Cette mesure est révisée (sur décision du Conseil).

      • Elles permettent également de signaler des variantes de genre et de nombre :
        Passionné(e)s de littérature, cet ouvrage saura vous séduire.
        Le ou les responsable(s) sont attendus dans le bureau du proviseur.
      • Encadrant un chiffre arabe, elles deviennent un appel de note :
        (1), (2), (3)…
Règles d’écriture

En français : texte[espace](texte)[espace]texte. En anglais : même chose.

10. Les tirets

Les tirets sont un élément de ponctuation qui permet de clarifier des éléments listés ou de segmenter une phrase. On les utilise…

      • Dans un dialogue, pour indiquer le changement d’interlocuteur :
        – Bonjour ! Comment allez-vous ce matin ?
        – Très bien, merci. Et vous ?
        – Un peu fatigué aujourd’hui.
      • Pour encadrer une phrase ou un segment de phrase (même rôle que les parenthèses) :
        Les Français – peuple à l’âme révolutionnaire – ont fait une révolution en 1789.
      • Pour énumérer des termes dans une liste :
        Pour la rentrée scolaire, acheter :
        – deux cahiers à spirales, gros carreaux ;
        – des crayons à mine ;
        – des stylos de couleurs ;
        – une gomme ;
        – une règle.
Règles d’écriture

En français : texte[espace]–[espace]texte. En anglais : texte–texte.

11. Les crochets [ ]

On utilise les crochets pour…

      • ouvrir à l’intérieur d’une parenthèse une autre parenthèse :
        (Albert Camus [1913 – 1960] a obtenu le prix Nobel de littérature en 1957.)
      • indiquer une coupure ou une modification dans un texte cité lors d’une citation :
        « Les enfants, […] mangeaient gaiement ».

WALLONICA.ORG : toute intervention du contributeur de wallonica.org dans un texte dont il n’est pas l’auteur doit également être encadré de crochets, avec mention de l’intervenant :
C’est alors que Wikipedia décida de racheter [NdA : sic] wallonica.org pour éviter une concurrence qui nuirait à son développement…

Règles d’écriture

En français : texte[espace][texte][espace]texte. En anglais : même chose.

12. L’astérisque *

L’astérisque s’emploie dans deux cas…

      • En appel de note (*) (**) (***). On se limitera en général à trois renvois par page.
      • De la même manière que les points de suspension dans un nom réduit à la simple initiale :
        J’ai aperçu monsieur V*** hier à la sortie du restaurant.

13. La barre oblique /

La barre oblique ou barre transversale est employée…

      • dans l‘écriture des unités de mesure :
        120 km/h (sous-entendu kilomètres par heure)
      • en remplacement du trait d’union.
Règles d’écriture

En français : texte/texte. En anglais : même chose.

THYS Laurence, Aspects juridiques de la publication scientifique (CIUF, 2009)

THYS Laurence, Aspects juridiques de la publication scientifique. Guide pratique à l’attention des membres de la communauté universitaire (CIUF, Presses de l’Université de Liège, 2009)


“Depuis plusieurs années, les universités et académies universitaires de la communauté française de Belgique sont engagées dans une politique dynamique en faveur de l’Open Access, ce mouvement qui promeut un accès libre et gratuit à l’information scientifique grâce notamment aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Dans ce contexte, à l’instar de nombreuses autres institutions universitaires, elles ont chacune créé un répertoire et une bibliographie institutionnels dans lesquels leurs membres sont tenus d’archiver les références et, autant que possible, la version électronique intégrale des documents qu’ils ont publiés. Au cours du développement de ces répertoires, il est apparu que la communauté universitaire était peu sensibilisée aux aspects de propriété intellectuelle de la publication scientifique généralement parce qu’elle en méconnaît soit les principes, soit les enjeux. C’est à cette occasion que ce guide a été rédigé initialement au sein de l’Université de Liège dans le cadre de la mise en place de son propre répertoire ORBi. Il a pour objectif de décrire, à larges traits, les grands principes du droit d’auteur et leurs implications dans le domaine particulier de la production scientifique. Il se divise en deux parties. La première envisage la rédaction d’une œuvre scientifique et évoque les droits susceptibles de protéger une création, les autorisations éventuelles à solliciter et les sanctions encourues en cas de violation des droits de l’auteur. La deuxième partie de l’ouvrage aborde la publication de l’œuvre et examine les relations contractuelles qui se lient entre un auteur et un éditeur d’une part et de l’autre, entre cet auteur et l’institution qui l’emploie dans l’hypothèse d’un dépôt de l’oeuvre dans un répertoire institutionnel. Un chapitre est également consacré au mouvement Creative Commons et à la diffusion d’une œuvre grâce aux licences spécifiques que cette organisation propose. L’ouvrage s’adresse avant tout aux auteurs scientifiques en espérant qu’il les rendra plus conscients des droits d’auteur qui protègent une œuvre de sorte qu’ils n’y renoncent plus systématiquement au profit des éditeurs…” [PRESSEAGRO.BE]

Novembre 2019 : le logo nouveau est arrivé…

21 novembre 2019 : “le logo nouveau est arrivé” : il n’a pas ce petit goût de banane, cette pointe de violette ; on n’épiloguera pas sur cette absence de cuir ou cette nuance compote de fruits rouges ; on ne se demandera pas si c’est un bon cru ou une piquette…

Vous trouverez sa déclinaison mini en format favicon sur l’onglet de votre navigateur, il recevra vos clics de “retour à l’accueil” sur toutes nos pages et il trônera en haut à gauche de chacune de nos publications, qu’il s’agisse des derniers parus, de la revue de presse ou d’un de nos incontournables : c’est notre nouveau logo !

Vous le reconnaîtrez également sur notre dossier de presse, notre plaquette, nos futures brochures papier, nos cartes de visite ou nos signatures de courriel : cela demande de réels efforts de communication de courir les couloirs de nos responsables politiques ou d’entrepreneurs virtuellement mécènes, afin de lever les fonds qui permettent de poursuivre notre lutte contre l’obscurantisme et le méchant bruit des bottes qui résonne à nos frontières (linguistiques). A ce propos, avez-vous pensé à faire un don -pour de bon- à l’asbl wallonica pour les fêtes ? Comme vous êtes subtils, vous avez visuellement tout compris : le W de “Wallonie et Bruxelles” grandit et devient plus visible, il s’épanouit et émerge de la plateforme que nous éditons ; celle-ci est habilement représentée par les deux chevrons (plus petit que et plus grand que : < >) qui, dans le langage informatique du web (le code HTML), délimitent les balises de forme et organisent ces pages que vous visitez avec tant de curiosité. Ce logo est le fruit du travail de Rachel Thonart-Nardellotto de l’agence graphique RTN STUDIO. Elle nous l’a généreusement offert (encore merci à elle et à son travail raffiné : ce n’est pas tous les jours que l’œil et la main réunis sont ainsi synonymes de grâce et d’efficacité).

Et vous, qu’en pensez-vous ?

POLITY Y. et al. : L’organisation des connaissances. Approches conceptuelles (L’Harmattan, 2005)

ISBN 2-7475-8274-4

POLITY Yolla, PALERMITI Rosalba ET HENNERON Gérard, L’ORGANISATION DES CONNAISSANCES. Approches conceptuelles (Paris : L’Harmattan, Collection La Librairie des Humanités, 2005)


L’organisation des connaissances évoque irrésistiblement les grandes classifications des bibliothèques et des encyclopédies. A l’heure où le texte intégral règne sans partage sur le web, on peut se demander s’il y a encore une place pour les outils de catégorisation, les plans de classement ou les thésaurus? La reconfiguration actuelle qui met la logique formelle au centre de l’organisation des connaissances doit-elle prendre la place occupée jusqu’à présent par la philosophie des sciences et l’épistémologie.” [EDITIONS-HARMATTAN.FR]

Comment respecter l’identité visuelle de wallonica.org ?

Les différents paramètres de l’identité visuelle de wallonica.org (eW) sont listés par ordre alphabétique du terme. Cet article est modifié en permanence : à suivre…

Citations d’auteur

Ceci est le format d’une citation : pas de modification par rapport à la feuille de style. Pas de guillemets puisque le format visuel indique que c’est une citation. Le paragraphe est justifié.
Attention : ne pas confondre une citation d’auteur (cfr. savoir-citer) et un extrait d’article, qui n’aura pas la même apparence (voir le terme).

Auteur, Oeuvre (Ville : Éditeur, date)

Couleurs

      • Orange : hexadécimal = #AA4B1E ; R 170 V 75 B 30
      • Vert : hexadécimal = #15424a ; R 21 V 66 B 74

Fontes

“This is the Ubuntu Font Family. It is a unique, custom designed font that has a very distinctive look and feel. More…

Images (largeur x hauteur)

Largeur de…

  • 55   pxl = icones
  • 77   pxl = pictos
  • 233 pxl = top page
  • 640 pxl = largeur de la colonne de texte
  • 1024 pxl = largeur de la page (entête)

JAUCOURT : comment se connecter aux différentes interfaces d’édition et d’administration des sites wallonica.org ?

Dans le cadre de notre réseau d’édition mutualisée, les Maisons Jaucourt, différents acteurs doivent intervenir là où ils sont installés, plus précisément, là où ils se connectent pour travailler sur notre projet à tous. Voici les différents accès aux interfaces d’identification : chacun pourra s’y rendre, encoder son identifiant et son mot de passe puis intervenir selon son statut, qu’il s’agisse de l’administrateur technique, de l’éditeur responsable, d’un auteur ou d’un contributeur…

BLOG – ADMINISTRATION WORDPRESS

Pour éditer des articles du blog wallonica.org, il faut cliquer ici et s’identifier…

 

 

 

HEBERGEMENT – ADMINISTRATION INFOMANIAK

Pour gérer le compte wallonica auprès de notre hébergeur suisse (le même que la RTBF), il faut cliquer ici et s’identifier…

 

 

 

 

JAUCOURT – TABLEAU KAN BAN DES TACHES

Pour suivre l’avancement des tâches de gestion et d’édition de chacun et, après action, faire glisser les vignettes de tâches dans la bonne colonne afin que toute l’équipe en soit informée, il faut cliquer ici et s’identifier…

 

KDRIVE – STOCKAGE des FONDS DOCUMENTAIRES

Pour alimenter les différents fonds documentaires, les organiser selon les taxonomies de wallonica.org et/ou télécharger les fichiers qui servent à la publication, il faut cliquer ici et s’identifier…