Reproductibilité documentée

Gumpp Johannes, Autoportrait (1646)

Notre initiative peut en inspirer d’autres, nées dans le même esprit. Pour gagner du temps, nous consignons toutes nos pratiques et nos développements dans une base de connaissances en accès libre. Servez-vous et partageons !

Liberté absolue de conscience

© ZEP

Documenter le monde (c’est-à-dire la Wallonie et Bruxelles…) dans le but de convaincre du bien-fondé d’un dogme ou d’une idéologie n’est pas la même chose que publier une encyclopédie vivante qui alimente le débat et nourrit la réflexion critique. Nous avons fait notre choix.

Autonomie financière

Si dans un premier temps l’aide des pouvoirs publics et les dons de particuliers ou d’organisations privées sont nécessaires au lancement de wallonica.org, l’indépendance financière est visée à terme, qui permettra la liberté et la concentration propices à nos activités.

Utilité publique

L’objectif final de toutes nos activités n’est pas l’enrichissement personnel. Qu’il s’agisse de marketing culturel, de commerce en ligne ou de sponsoring, l’initiative sera la seule bénéficiaire de bénéfices éventuels et wallonica.org n’assurera aucune promotion qui ne soit d’utilité publique.

Animation continue

Un éditeur ne peut se satisfaire de la seule publication de ses contenus, fut-elle parfaitement structurée. Pour éviter la stérilité dans l’action, il faut également mettre en oeuvre toute une batterie de dispositifs pédagogiques et/ou événementiels pour apporter les savoirs publiés dans le champs d’intérêt des internautes visés. Par l’animation, le virtuel peut descendre dans le réel de chacun.

Edition critique

DÜRER Albrecht, Saint Jérôme dans sa cellule (1514) © DR

Il faut accueillir toutes les opinions, les loger au niveau qui convient et les composer verticalement. (Weil)

L’éditeur doit ainsi s’interdire tout dogmatisme et son travail d’édition doit induire une approche critique du sujet abordé, sans exclusive.

Ingénierie pertinente

LANG Fritz, Metropolis (1926) © Roger-Viollet

Prométhée l’apprit à ses dépens, la technique n’est pas une fin en soi et, en sa qualité d’outil, ses performances (celles de la technologie) seront évaluées en termes de facilité d’appropriation des savoirs par nos utilisateurs…