MARX : textes

Quatrième fils de la famille Marx, Julius Henry MARX alias Groucho Marx (1890-1977), débute très jeune (et le premier de la famille) une carrière artistique. Après avoir quitté l’école publique, il commence ses tournées dans les music-hall des petites villes américaines dès l’âge de quatorze ans, bientôt accompagné de ses frères. Après diverses compositions et recompositions … Continuer la lecture de « MARX : textes »

BALDWIN : textes

Je vais vous dire : quand j’ai quitté ce pays [NDLR : les USA] en  1948, je suis parti pour une seule raison, une seule – peu importait où j’allais. J’aurais pu aller à Hong Kong, j’aurais pu aller à Tombouctou. J’ai atterri à Paris, dans les rues de Paris, avec quarante dollars en poche … Continuer la lecture de « BALDWIN : textes »

PEREC : textes

PEREC Georges, W ou le souvenir d’enfance (Paris, Gallimard, 1975, extr.)  … je sais que ce que je dis est blanc, est neutre, est signe une fois pour toutes d’un anéantissement une fois pour toutes. C’est cela que je dis, c’est cela que j’écris et c’est cela seulement qui se trouve dans les mots que je … Continuer la lecture de « PEREC : textes »

AUDIARD : textes

Paul Michel AUDIARD, dit Michel Audiard, est un dialoguiste et réalisateur français (1920-1985), père du dialoguiste et réalisateur français Jacques Audiard. Quelques répliques qui marquent : Faut pas parler aux cons, ça les instruit. Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il … Continuer la lecture de « AUDIARD : textes »

DEVOS : textes

Il y a des verbes qui se conjuguent très irrégulièrement. Par exemple, le verbe ouïr. Le verbe ouïr, au présent, ça fait: J’ois… j’ois… Si au lieu de dire “j’entends”, je dis “j’ois”, les gens vont penser que ce que j’entends est joyeux alors que ce que j’entends peut être particulièrement triste. Il faudrait préciser: “Dieu, que ce … Continuer la lecture de « DEVOS : textes »

RICHEPIN : textes

Première gelée Voici venir l’Hiver, tueur des pauvres gens. Ainsi qu’un dur baron précédé de sergents, Il fait, pour l’annoncer, courir le long des rues La gelée aux doigts blancs et les bises bourrues. On entend haleter le souffle des gamins Qui se sauvent, collant leurs lèvres à leurs mains, Et tapent fortement du pied … Continuer la lecture de « RICHEPIN : textes »

SAND : textes

J’ai beaucoup souffert de ma chasteté. J’ai eu des rêves très énervants. Le sang m’a monté à la tête cent fois. Je me suis souvent assise seule à l’écart avec une âme pleine d’amour et des genoux tremblants de volupté… Quand toutes les cordes de mon être mises à nu vibrèrent sous ta main, mon … Continuer la lecture de « SAND : textes »

AZNAVOUR : textes

Parce que t’as les yeux bleus Que tes cheveux s’amusent à défier le soleil Par leur éclat de feu Parce que tu as vingt ans Que tu croques la vie comme en un fruit vermeil Que l’on cueille en riant Tu te crois tout permis et n’en fait qu’à ta tête Désolée un instant prête … Continuer la lecture de « AZNAVOUR : textes »

HUXLEY : textes

La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage ou, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude. HUXLEY Aldous : Le meilleur des mondes (1932) Le spectacle n’est pas un ensemble d’images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images. DEBORD … Continuer la lecture de « HUXLEY : textes »

Déclaration universelle des droits de l’homme – DUDH (1948)

“Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale des Nations Unies ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris, au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)). Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre. Ce document fondateur – traduit dans plus de … Continuer la lecture de « Déclaration universelle des droits de l’homme – DUDH (1948) »

VARGAS : textes

Je me demande qui déraille […]. Eux, ou moi ? J’aime les femmes avec leur visage et leur permission. Eux s’empiffrent de morceaux anonymes qu’ils se payent pour dix balles. Je leur en veux. Je les emmerde. VARGAS F., Sans feu ni lieu (Paris, Viviane Hamy, 1997) A lire également : VARGAS : « J’ai croisé l’araignée … Continuer la lecture de « VARGAS : textes »

REGNIER : textes

J’ai vescu sans nul pensement, Me laissant aller doucement A la bonne loy naturelle, Et si m’estonne fort pourquoi La mort osa songer à moi Qui ne songeay jamais à elle. Les oeuvres complètes de Mathurin REGNIER, poète satirique français, sont disponibles en fac-simile dans la Gallica, sur le site GALLICA.BNF.FR : REGNIER M., Oeuvres complètes … Continuer la lecture de « REGNIER : textes »

AGUEEV : textes

… ainsi allais-je le long des boulevards, accrochant du regard, comme avec une branche, les yeux de toutes les femmes qui venaient à l’encontre. Jamais je n’ai, comme on dit, déshabillé du regard aucune d’elles, comme je n’ai jamais ressenti de désir charnel. En cet état fiévreux dans lequel un autre que moi aurait, peut-être … Continuer la lecture de « AGUEEV : textes »

MILOSZ : Et surtout que… (1906)

— Et surtout que Demain n’apprenne pas où je suis — Les bois, les bois sont pleins de baies noires — Ta voix est comme un son de lune dans le vieux puits Où l’écho, l’écho de juin vient boire. Et que nul ne prononce mon nom là-bas, en rêve, Les temps, les temps sont … Continuer la lecture de « MILOSZ : Et surtout que… (1906) »

SENNETT : textes

  Dans SENNETT Richard, Ensemble, pour une éthique de la coopération (Paris, Albin Michel, 2014, pour la traduction française), l’auteur planche richement sur le tribalisme et la différence… Le tribalisme associe solidarité avec ses semblables et agression contre ceux qui sont différents. C’est une pulsion naturelle, puisque la plupart des animaux sociaux sont tribaux ; ils … Continuer la lecture de « SENNETT : textes »

ATWOOD : textes

Margaret Eleanor « Peggy » ATWOOD est née le 18 novembre 1939 à Ottawa, Ontario (CA). Femme d’engagement, elle est non seulement une romancière canadienne majeure mais également une poétesse et critique littéraire respectée. The Handmaid’s Tale (La servante écarlate, Pavillons, 1987, pour l’édition française) est un roman dystopique (c’est à dire, racontant une utopie négative) … Continuer la lecture de « ATWOOD : textes »

BLOCH : textes

Délibérément – Lisez Mein Kampf et les conversations avec Rauschning – l’hitlérisme refuse à ses foules tout accès au vrai. Il remplace la persuasion par la suggestion émotive […]. Pour nous, il nous faut choisir : ou faire, à notre tour, de notre peuple un clavier qui vibre, aveuglément, au magnétisme de quelques chefs (mais … Continuer la lecture de « BLOCH : textes »

BLIXEN : textes

BLIXEN Karen, alias Isak Dinesen (1885-1962), dans Les rêveurs (in Sept contes gothiques, 1934) : Lorsqu’on plante un caféier, si l’on replie la racine pivotante, l’arbre ne tardera pas à lancer en surface une multitude de petites racines délicates. Il ne se développera pas bien, ne portera jamais de fruits, mais fleurira plus abondamment que les … Continuer la lecture de « BLIXEN : textes »

FOIX : textes

Il était poète, ami de Dalí, Miró, Eluard, traducteur en catalan de Tzara, Soupault, Eluard, Breton : Josep Vicenç Foix i Mas (plus connu sous le nom de J. V. FOIX), à l’heure d’écrire, préférait néanmoins le faire selon l’ancienne tradition : le décasyllabe (italien, catalan) et le sonnet. Si Foix était “ancien” dans la forme, … Continuer la lecture de « FOIX : textes »

LISPECTOR : textes

Clarice LISPECTOR Clarice (1920-1977) dans Le bâtisseur de ruines (1970 pour la version française de A maçã no escuro, 1961) Quand un homme se respecte, il est enfin créé à sa propre image.   Nous avons été donnés à nous-mêmes comme échantillon de ce dont le monde est capable.   En citer plus…

WITTGENSTEIN : textes

Lettre de Ludwig WITTGENSTEIN (1889-1951) à Bertrand RUSSELL (1872-1970) datée du 3 mars 1914 : Cher Russell, (…) je dois te redire que nos dissensions n’ont pas seulement des causes extérieures (nervosité, surmenage, etc.), mais aussi des racines très profondes – du moins de mon côté. Il se peut que tu aies raison de dire que … Continuer la lecture de « WITTGENSTEIN : textes »

SPINOZA : textes

Determinatio est negatio. Ethique (1677) L’expérience m’avait appris que toutes les occurrences les plus fréquentes de la vie ordinaire sont vaines et futiles ; je voyais qu’aucune des choses, qui étaient pour moi cause ou objet de crainte, ne contient rien en soi de bon ni de mauvais, si ce n’est à proportion du mouvement qu’elle excite dans … Continuer la lecture de « SPINOZA : textes »

ECO : textes

De Hercule à Siegfried, de Roland à Pantagruel en passant par Peter Pan, le héros doué de pouvoirs supérieurs à ceux du commun des mortels est une constante de l’imagination populaire. Souvent, la vertu du héros s’humanise, et ses pouvoirs ultra-surnaturels ne sont que la réalisation parfaitement aboutie d’un pouvoir naturel, la ruse, la rapidité, … Continuer la lecture de « ECO : textes »

NIETZSCHE : textes

Ma formule pour la grandeur de l’homme est amor fati : que l’on ne veuille rien avoir différemment, ni par le passé, ni par le futur, de toute éternité. Il ne faut pas seulement supporter le nécessaire, encore moins se le cacher – tout idéalisme est mensonge face à la nécessité –, il faut aussi … Continuer la lecture de « NIETZSCHE : textes »

MURAKAMI : textes

Haruki MURAKAMI (né en 1949) Des hommes sans femmes (in Des hommes sans femmes, nouvelles, 2017, extr.) Il est très facile de devenir des hommes sans femmes. On a juste besoin d’aimer profondément une femme et que celle-ci disparaisse ensuite. En général (comme vous le savez), elles auront astucieusement été emmenées par de robustes marins. … Continuer la lecture de « MURAKAMI : textes »

HUGO : textes

HUGO, Victor (1802-1885) La légende des siècles, IV. En Grèce ! (extr.) ​[…] Sentir l’être sacré frémir dans l’être cher, Apercevoir un astre à travers une chair, Voir à travers le cœur humain l’âme divine, Achever ce qu’on voit avec ce qu’on devine, C’est croire, c’est aimer. […] L’homme qui rit (extr.) Vous rayonnez sous la beauté … Continuer la lecture de « HUGO : textes »