JUDKIEWICZ : Un numéro qu’il ne connaissait pas s’était affiché sur l’écran (nouvelle, 2020)

Temps de lecture : 11 minutes >
Ray Kurzweil © lenouveleconomiste.fr

Triste soirée d’un hiver pluvieux. C’était la fin des nouvelles télévisées où le Coronavirus faisait la une avec des propos, comme souvent, plus qualitatifs que précis, faisant la part belle au catastrophisme ou à une certaine insouciance, selon les sensibilités respectives, quand soudain, l’écran de mon téléphone, en mode silencieux, s’illumina. Le temps de sortir de ma torpeur informationnelle et l’appel était déjà terminé, mais le numéro apparaissait sur l’écran : 1-618-0339887.

Ayant reçu à plusieurs reprises des appels réitérés d’une société de placement de fortune américaine, l’indicateur du pays, 1, me fit penser que c’était une relance similaire et je me gardai donc de rappeler ce numéro.

Toutefois, mon esprit restait préoccupé comme s’il y avait dans cet appel une connotation étrange qui méritait davantage d’attention. Mais une fatigue vespérale, suivant un repas familial où un Cairanne de bon aloi avait été de la partie, fit que je chassai cette ombre de mon esprit.

Plus tard dans la soirée, comme une onde subliminale, un indéfinissable souci, retraversa mon esprit.

Bien que je reçus de nombreux appels y compris, ceux de démarcheurs divers, même aux Etats-Unis, clairement une information diffuse continuait de me perturber.

Désireux de couper court à cette lancinante relance, je pris la peine de regarder à nouveau ce numéro qui m’avait appelé, regardant les chiffres un à un d’abord et dans leur ensemble ensuite.

Certes, « 1 » correspondait aux USA et Google me renseigna que 618 était l’indicateur régional de Belleville (Illinois), endroit de moi inconnu jusqu’à ce moment précis et où je ne connaissais personne. Sans doute une erreur rendant inutile un quelconque rappel.

Cependant le 1-618 me faisait penser à 1,618, curieusement les premiers chiffres du nombre d’or que j’avais retenu, sans aucune utilité, par cœur, comme on retient certains vieux numéros de téléphone ou plaques minéralogiques.

Internet me permis de retrouver le nombre d’or et je lus :  1,6180339887. Exactement les chiffres du numéro qui m’avait appelé.

Certes cela pouvait être le fait d’un hasard étonnant mais quand même, sur un nombre de 11 chiffres entre 0 et 99.999.999.999, soit 100 milliards de possibilités, la probabilité était infime et choquait ma vision mathématique d’ingénieur.

Et puis tant pis, cela devait relever du hasard quand même. Mais cette attitude de désintérêt ne me convainquait pas vraiment, bien que je fisse tout pour ne plus m’en préoccuper, cet événement statistico-téléphonique continuait à m’interpeller.

Je passai donc une mauvaise nuit, entrecoupée de rêves divers et d’éveils brutaux, si bien qu’au petit matin (qui devait correspondre à la fin de soirée de la veille en Illinois), je n’y tins plus et composai fébrilement le nombre d’or qui m’avait appelé.

La sonnerie caractéristique américaine me rassura quant à l’endroit que j’appelais et après une dizaine de sonneries, une voix féminine, bien posée et dans un anglais fort articulé et bien moins nasillard que d’habitude me répondit:  « Hello Mike, glad to hear from you ».

Surpris, non par la familiarité, fréquente aux USA dès le premier contact mais bien par le fait que visiblement, mon prénom était déjà associé à mon numéro de téléphone, je ne pus m’empêcher d’émettre un « Do we know each other ? »

La réponse aussi immédiate qu’inattendue fusa : « To some extent, yes »

La conversation ainsi engagée, je demandai immédiatement à cette voix qui elle était et comment elle me connaissait.

Curieusement, la même voix qui, jusqu’ici s’était exprimée en anglais, passa à un français impeccable. Pour me dire qu’elle était l’un des porte-paroles d’un mouvement de sauvetage culturel international qui tentait de s’adjoindre des ressources supplémentaires en téléphonant à des gens susceptibles de reconnaître des informations d’une nature telle qu’elles laissaient augurer d’un certain niveau de connaissances générales.

C’est ainsi que le nombre d’or, mais aussi le nombre π, le nombre d’Euler et des suites de lettres basées sur les 10 touches numériques des claviers de téléphone étaient utilisées pour identifier les personnes capables de les détecter.

Ainsi le code Aboulafia correspondait à 226 852 342, Eluard à 358273, le code Popper à 767737, etc.

J’avais donc, par le hasard d’une observation obstinée, franchi le premier test pour être sélectionné comme candidat à ce que j’appris être le CGAC, Cercle des Grandes Ambitions Culturelles ou, en anglais, Great Cultural Ambitions Club (GCAC)

Je restai simultanément abasourdi et intrigué par ces informations et commençais doucement à vouloir en savoir davantage, tout en admettant la possibilité d’un grand canular ou d’une escroquerie dont je ne cernais pas la dimension.

Comme je m’ouvrais à mon interlocutrice du doute et de la crainte qui m’habitaient, il me fut affirmé que ma réaction était des plus normales et qu’un moyen existait de me rassurer et me convaincre de la véracité et du bien-fondé de l’initiative du CGAC.

Je reçus donc un code d’accès à un site prétendument inaccessible sans le sésame adéquat.

Il fallait d’abord charger le logiciel Tor, permettant d’explorer le deep et dark web et ensuite trouver le site CGAC. Le mot de passe me permit d’accéder aux diverses caractéristiques, nécessaires mais non nécessairement suffisantes, requises pour les nouveaux membres potentiels. La mission de cette organisation, de mon point de vue, encore  virtuelle était clairement spécifiée : tenter de combattre le nivellement par le bas des connaissances et apprentissages et la pauvreté, voir l’imbécillité des réactions immédiates à tout et à rien sur les réseaux sociaux et dans une presse sensationnaliste de plus en plus présente. Une sorte de mouvement relevant de l’ “anti-fakisme”.

Internationalement, on souhaitait un collectif connecté par les moyens de communication contemporains afin d’étudier et débattre des petites et grandes problématiques, sans contraintes philosophiques, religieuses, politiques ou partisanes mais uniquement à la lumière de la raison, de la connaissance, du gai savoir et du respect dans tous les domaines. Condition subsidiaire : utiliser une expression verbale et écrite précise, au vocabulaire riche et à la syntaxe correcte. Enfin, le but avoué était d’élever le niveau culturel global de la société, vecteur, selon le CGAC, d’examen intelligent et lucide des faits, de chasse aux désormais célèbres fake news et de dialogue ouvert sans naïveté, tolérant sans se départir de la liberté de critiquer toute idée, croyance et conviction. Une lutte sans merci contre la décérébration, le tribalisme viral, l’ignorance triomphante et l’incantation de la pensée magique.

Les cibles privilégiées de ce collectif étaient débusquées parmi  des membres des académies de langue, sciences, arts et médecine à travers le monde car ce groupe, baptisé provisoirement du nom de Luxtuli,  se voulait interdisciplinaire, adogmatique et fondé sur le principe de curiosité, tolérance, sens critique de toutes les idées et respect des personnes.

Séduit par ce concept, je demandai à « la voix » quel était le but final, pour autant qu’il y en eût un, de cette vaste entreprise.

Elle me répondit : nous voulons tenter de sauver l’humanité, espèce dominante par l’influence et par le nombre, d’elle-même, en combattant les intégrismes, les agendas politiques, supports de l’ego ou des idéologies, les gourous, les annonciateurs de catastrophe, les censeurs de tout poil, les donneurs de leçon basées sur les sempiternelles formules : “tout le monde sait bien que…” ou “il est évident que…” généralement vides de sens, pour en (re)venir à l’analyse objective, au libre examen, à la vision critique et à l’établissement d’avis construits sur des base vérifiables et reproductibles.

Tenter de se mettre d’accord sur les faits et ensuite seulement, envisager les interprétations diverses.

Une autre dimension consistait à réduire les égoïsmes, les politiques de clans et autres divisions pour en arriver à une société à la fois inclusive et diversifiée, au sens critique aiguisé mais bienveillant, et surtout, à limiter l’éthique de conviction, qui divise, pour se rassembler autour de l’éthique de responsabilité.

Enfin, si le fond de la démarche était ainsi clarifié, une ambition supplémentaire était, quelle que soit la langue utilisée, de sortir des sabirs coutumiers d’un millier de mots pour utiliser un langage diversifié, précis et élégant plutôt que les expressions génériques à la mode, banalisant tout. Car en effet, à partir du moment où tout devenait super, extra, hyper, cool, voire trop cool, génial ou nul, le sens des nuances de la langue contaminait, par son incurie, la qualité des réflexions.

Pour ce faire, un noyau initial  de femmes et d’hommes avait décidé de réunir un groupe international et interdisciplinaire de gens supposés « éclairés » pour travailler à ce Grand Oeuvre, et j’avais été pressenti comme un candidat potentiel.

Au-delà de l’aspect gratifiant de cette proposition, deux aspects m’interpellaient : d’une part, à quoi s’engageait-on sur ce chemin inattendu et d’autre part, une imprécise et incommunicable appréhension m’habitait quant à la pureté des intentions d’un tel groupe.

Néanmoins, curiosité aidant, je ne pus m’empêcher de demander davantage de détails à « la voix ».

Celle-ci me confirma que si j’avais passé le premier test qui tentait de combattre ce qu’elle appelait en anglais l’innumeracy ou illettrisme mathématique qui permet de faire dire aux chiffres et statistiques n’importe quelle absurdité, d’autres épreuves m’attendaient.

On en venait, si j’étais d’accord, à un test de culture générale et d’expression verbale autour d’un exercice d’étude critique d’un thème proposé par Luxtuli.

J’acceptai avec plaisir ce travail autrefois appelé « dissertation » et tombé en désuétude dans tellement d’établissements scolaires  et décidai de continuer  ainsi le cursus honorum.

Suivit alors un questionnaire à choix multiple couvrant la philosophie, l’art, la littérature, la gastronomie, la vie en société, l’actualité, la géographie, l’architecture, le tout savamment mélangé en sorte que j’y pris le plaisir intellectuel de la diversité et de la profusion que l’on éprouve habituellement devant un buffet plantureux. Le temps imparti ne permettait évidemment pas de se renseigner sur Wikipedia ou tout autre source d’informations.

Quelques semaines passèrent avant que je ne reçoive le mail cryptique suivant : « test de mémoire culturelle et littéraire, dans la langue maternelle du candidat »

Trouver les auteurs des phrase suivantes  en maximum 2  minutes et sans passer plus de 10 secondes par question, sous peine que la réponse ne soit plus valable. Autrement dit, pas le temps de chercher des informations sur internet :

      • Elle est debout sur mes paupières…
      • Demain, et puis demain…
      • Sous le pont Mirabeau…
      • La nature est une forêt de symboles…
      • Il existe près des écluses, un bas quartier de bohémiens…
      • Une fourmi de dix-huit mètres…
      • Donne m’en de tes plus savoureux…
      • D’une bouteille à encre…
      • Est-ce ainsi que les hommes vivent…
      • Longtemps, je me couchai de bonne heure…
      • Un pour tous, tous pour un…
      • La botte de Nevers…
      • Parce que c’était lui, parce que c’était moi…
      • Au jardin des cyprès, je filais en rêvant…
      • L’œil était dans la tombe et regardait Caïn…
      • Ô temps, suspend ton vol…
      • Frères humains qui après nous vivez…
      • Je suis le chat qui s’en va tout seul…

Quel bonheur que cet exercice qui me rappela tant de lectures et d’apprentissages « par cœur » à une époque révolue ou l’école transmettait un savoir et façonnait les esprits sans craindre l’ire des partisans du moindre effort.

Une réunion plénière de la branche européenne, à laquelle j’étais convié, allait avoir lieu le mois suivant à l’hôtel Gellert de Budapest. La réunion mondiale devait se tenir en été à Santa Fe, au Nouveau-Mexique.

Je m’inscrivis avec fébrilité, par curiosité mais aussi parce que j’aimais Budapest, sa poésie d’Europe centrale, l’île Marguerite, le vieux Buda, Szentendre et l’hôtel Gellert, fleurons d’une époque à la majesté révolue.

Arrivé un jour avant la réunion, je ne pus résister au plaisir de m’offrir un repas chez Gundel : foie gras poêlé aux pommes,  filets de fogash et risotto et les merveilleuses crêpes éponymes. Le tout arrosé d’un excellent Sopronyi Kekfrancos. Et d’un verre de Tokay 6 puttonos au dessert. La gastronomie, c’est aussi de la culture !

Et le lendemain matin, dans la grande salle « Tea », riche de 240 places du Gellert, une faune bigarrée s’affairait aux guichets des inscriptions et au bar à café.

Toutes les langues, diverses ethnies et nationalités, une grande variété  vestimentaire faisaient de cette assemblée une énigme pour qui serait venu sans en connaître le contexte.

Une personne d’âge mûr s’avança, réclama et obtint le silence et nous exposa brièvement les règles de fonctionnement de Luxtuli.

Le président de séance changerait toutes les 2 heures et serait tiré au sort. Il était chargé d’animer et arbitrer les débats et toutes les interventions de la salle passeraient par lui afin d’éviter les discussions ad hominem. Un secrétariat, assisté d’une escouade de traducteurs interprètes, établirait un rapport de synthèse des travaux qui servirait de base, tout comme ceux des autres régions du monde,  aux travaux de la réunion plénière de Santa-Fe. On réexamina rapidement, vu les  travaux antérieurs, la mission et la vision de Luxtuli qui se déclinèrent comme suit :

Mission : l’accès à la connaissance universelle et au sens critique, sans tabous autres que le respect des personnes et la mise en place de systèmes scolaires où l’étude serait un plaisir, la curiosité un atout et l’universalisme des  connaissances une obligation

Vision : un monde où la révolution de l’intelligence par l’acquisition du savoir et du sens critique pour tous, verraient l’avènement d’une paix et d’une prospérité inclusive, durable et mondiale ainsi que la solidarité internationales face à tous les défis présents et à venir que l’humanité rencontrera, en dépit de toutes les divergences d’opinion, l‘éthique de responsabilité prenant le pas sur l’éthique de conviction en cas de conflit.

C’est alors que commencèrent les discussions sur les axes d’activités pour concrétiser ces idéaux.

Discussions passionnantes, dans l’ordre et le respect, fulgurances de certaines idées, aussitôt retravaillées par d’autres intervenants, références au passé mais aussi vision prospective, carrousel de toutes les connaissances humaines, stimulation intellectuelle permanente sans pédanterie, arguments d’autorité ou  désir de briller en rabaissant autrui : une journée exceptionnelle suivie d’une seconde en tout point comparable.

Aux pauses café et aux repas, outre une cuisine du monde proposant des choix de sushis et de currys aussi bien que des plats occidentaux, d’Afrique ou d’Asie, le choix des sièges était libre mais, en une sorte de «speed dating », un gong à la sonorité tibétaine résonnait tous les quarts d’heure pour annoncer que dans les 5 minutes suivantes il était recommandé de changer de place afin de favoriser le réseautage.

J’étais absolument enchanté mais de longues années au sein du monde des affaires me titillaient à propos du nerf de la guerre pour organiser de telles manifestations, même avec des participants payants.

En d’autre termes, qui étaient les commanditaires de cette entreprise internationale, particulièrement séduisante et leurs intentions étaient-elles dignes de confiance ?

Cette question sous-jacente ne m’empêcha pas de m’inscrire au séminaire mondial de Santa Fe quelques mois plus tard.

C’est là que je rencontrai un curieux personnage, à la fois chaleureux et sympathique en même temps qu’un puits de connaissances.

Mathématiques, physique et autres sciences exactes côtoyaient, à un niveau d’expertise et une hauteur de vue surprenantes, toute la gamme des sciences humaines, de l’économie à la philosophie, du rationalisme à la kabbale, et ce dans plus d’une douzaine de langues lues et parlées avec la plus grande fluidité.

Ce personnage se faisait appeler Mr Joe et se prétendait né en Russie mais ayant vécu et étudié sur les 5 continents, aujourd’hui professeur d’université à la Singularity University et visiteur de nombreux centres d’excellence intellectuelle.

Nous sympathisâmes rapidement et je m’accrochai à lui comme un disciple à son maître, quoiqu’il ne fut jamais grandiloquent, suffisant ou hautain, communiquant sur tout, au contraire, de manière enjouée et familière.

Après les séances diurnes de Luxtuli, nous nous retrouvions, lui, moi et quelques autres dans un des bars de Santa Fe, généralement devant un excellent bourbon, et devisions jusqu’aux petites heures.

Le séminaire mondial durait 10 jours et nous eûmes donc largement l’occasion de parcourir les routes de la connaissance et  les chemins de traverse de l’argumentation, sans négliger pour autant les autoroutes de l’information.

Le dernier soir, nous avions décidé d’aller dîner à deux chez Joseph’s, sur Agua Fria. Sorte de veillée d’armes, gastronomique certes mais feu d’artifice d’échanges d’idées, connaissances et réflexions.

D’un commun accord, pour fêter l’événement, nous avions prix une bouteille d’Opus One, précédé d’un excellent Martini à l’apéritif et, ayant prévu une soirée arrosée, nous prîmes un taxi pour regagner notre hôtel.

Les vitres étaient baissées et nous savourions la douceur vespérale de ce mois de mai à Santa-Fe.

Mr Joe avait passé son bras droit et sa tête par la fenêtre et semblait apprécier la caresse du vent sur son visage.

Nous roulions à allure modérée et  la nuit était complice et douce.

Un juron du chauffeur, particulièrement inattendu dans cet état de rêverie, fusa tout à coup. La voiture fit une embardée vers le bas-côté pour éviter un cerf qui traversait cette route de campagne et un craquement sec me surprit.

Mr Joe avait l’air d’un pantin désarticulé, sa tête pendant par la vitre baissée,  à l’extérieur de la voiture, faisait un angle bizarre avec son cou. Il ne bougeait plus et n’articulait aucun son. Le chauffeur s’arrêta immédiatement et il s’avéra que la tête de Mr Joe avait heurté le tronc d’un arbre sur l’accotement, suite à l’écart du véhicule. Submergés par l’émotion, le chauffeur et moi nous précipitèrent du côté droit de la voiture et dûmes nous rendre à l’évidence : Joe était bien mort, sans aucune trace de sang, cependant.

Le chauffeur appelait déjà le 911, numéro d’urgence, pendant que je m’acharnais à remettre Joe dans le véhicule car la vision de sa tête pendant dans le vide m’était insupportable.

Ce faisant, ma chaussure écrasa un objet dur et je me penchai pour le ramasser : un petit ressort d’acier qui curieusement, traînait là.

Je soulevai avec respect et précaution la tête de Mr Joe, la redressai et essayai de la remettre dans la voiture en l’alignant sur son corps et découvrit une lésion au niveau de la nuque. Pas de sang toutefois mais en l’éclairant à l’aide de la lampe de mon téléphone, de fins câbles électriques cheminaient vers ce qui apparaissait comme un boîtier électronique. M’approchant davantage, j’entendis un faible signal qui s’avéra être : « fatal error, reload software » répété en boucle.

Le chauffeur et moi, attendant l’arrivée des secours, nous préparâmes à réclamer un électronicien plutôt qu’un infirmier.

Décidément, le CGAC relevait bien d’une entreprise transhumaniste, dont l’homo sapiens était absent au profit de l’intelligence artificielle.

Il ne restait plus qu’à tenter de retranscrire cette initiative transhumaniste dans l’humain mais cela risquait bien  d’être une tâche surhumaine.

D. Michel Judkiewicz, Novembre 2020


Lire encore…