jurons liégeois

 

(c) Benoit Poelvoorde – Intime Festival
  • Arindjî !
    (« arrangé ») : attardé mental
  • Arèdjî !
    (« enragé ») : personne sur-vitaminée
  • Barakî
    (« romanichel ») : se dit généralement d’une personne mal habillée, malpropre ou vivant dans un taudis ou dans un désordre pas possible (= vivant dans une baraque)
  • Barakî d’ kermesse
    forain
  • Biesse di nute
    (« bête de nuit ») : idiot
  • Bôreu d’troyes et pikeu d’gades
    (« enculeur de truies et piqueur de chèvres ») : emmerdeur
  • Clôs t’ geûye !
    ferme ta gueule !
  • Cougneu d’poyes
    (« enculeur de poules ») : idiot qui brasse de l’air, vantard
  • Ènocint catwaze moussî a sot
    (litt. « Innocent 14, habillé comme un sot ») : Innocent XIV, nom d’un pape qui n’a jamais existé… Selon d’autres sources, fait allusion aux prophéties des Témoins de Jéhovah qui promettaient la fin du monde pour 1914. Comme la vraie fin du monde ne s’est pas produite, les voilà affublés de ce sobriquet (« ènocînt catwaze »)
  • Èwaré Sînt Djîle ou Djîle l’Èwaré
    (« étonné (comme) Saint Gilles », « Gilles l’ahuri ») : étourdi, benêt. (Origine possible : la statue de Saint Gilles d’une église liégeoise avait eu les yeux repeints, mais les pupilles louchaient)
  • Grosse biesse
    (« grosse bête ») : idiot
  • Les djônes
    (litt. « Les jeunes ») : les enfants
  • Mårticot
    singe, sagouin
  • I n’fåt nin pèter pus hôt ki s’coû
    (litt. « il ne faut pas péter plus haut que son cul ») : ne pas se prendre pour quelqu’un de plus important, de plus fort, que soi
  • Vas’ tchîre è Moûze, ôn vèrrai t’coû !
    (litt. « va chier dans la Meuse, on verra ton cul ») : vas te faire voir !
  • Vas’ à l’djote
    (litt. « va aux choux ») : vas te faire voir !
  • Vas’ ti fé arèdjî
    (litt. « va te faire enrager ») : vas te faire voir !
  • Warbô
    (litt. « vers blanc ») : femme très laide et très méchante
  • Schmet
    roublard, ‘faux-cul’
  • Ti vå bin on relouka, on stron en vau bin deux
    (litt. « tu vaux bien un regard, une merde en vaut bien deux ») : tu es laid(e)
  • Clôs t’ geûye!, vî Mosazaure
    Tais-toi ! vieux con ! Allusion à la découverte d’un fossile de Mosasaurus dans la région de Visé (BE)
  • Vî Rahiss’, vî trigu
    vieux déchet, vieux débris

Discuter encore…

CORDIER et al : Littérature prolétarienne en Wallonie (PLEIN CHANT, Voix d’en bas, 1985)

CORDIER Jacques et al., Littérature prolétarienne en Wallonie (PLEIN CHANT, Voix d’en bas, 1985)

« La première partie de ce livre présente l’histoire d’un mouvement littéraire dans la Wallonie des années 1920. Elle est due à Jacques Cordier (et à Vital Broutout pour l’évocation du Musée du Soir qui devait clore cette histoire dans les années 60).

La seconde partie recueille les récits de deux travailleurs du fond de la mine: Hector Clara met en scène le sort des chevaux autrefois sacrifiés à la production charbonnière ; Charles Nisolle, dont c’est ici sans doute toute l’œuvre, se révèle un écrivain incisif et violent, proche parfois du meilleur Malva… »

Lire le poing levé le recueil de Jacques CORDIER
(ISBN 978-2-85452-069-9)

D’autres incontournables du savoir-lire :

gastronomie-wallonne.be

Nous avons tenté de rassembler dans ces pages quelques recettes de cuisine parmi les plus typiques de la Wallonie: les Ardennes, le Namurois, Liège, le Hainaut et le Brabant Wallon. Ces recettes wallonnes sont soit très simples, comme nos ancêtres les pratiquaient, soit un peu plus compliquées et sophistiquées, lorsque la modernité et les grands chefs les ont aménagées (pour notre plus grand plaisir).​​

En savoir plus…

Encore faim ?

Design Station Wallonia

La Design Station Wallonia est un bâtiment emblématique localisé face à la gare des Guillemins (la « gare Calatrava » à Liège, BE). C’est un projet financé par les fonds FEDER, la Wallonie et la SPI. L’espace comprend trois fonctions principales. La partie publique occupe une surface d’environ 1100 m² sur trois étages. Elle comprend une salle d’exposition, une salle de conférence, des salles de réunion et de créativité, un espace de co-working, un espace de prototypage. Le centre d’affaires sur les deux étages supérieurs abrite des bureaux : ceux de l’Espace Entreprises et ceux occupés par Wallonie Design. Une dizaine de logements complètent cet ensemble. Ils ont été construits et financés par l’entrepreneur désigné par appel d’offres pour effectuer les travaux, Gilles Moury s.a. Le projet se veut : une vitrine du design wallon + un incubateur + un pôle créatif et économique.

En savoir plus…

PARUTION | Une approche intégrée de l’enseignement et de l’éducation – Carnet de bord d’une expérience de terrain

CAL SERAING (Renaud ERPICUM) – couverture 2015

Cet ouvrage est un outil destiné aux enseignants, aux professionnels de l’éducation et, d’une manière générale, à tous ceux qui s’intéressent à la question de l’enseignement. Il dresse un panorama des activités mises en place par le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège dans le quartier du Molinay, à Seraing. L’association, implantée au Molinay depuis une quinzaine d’années, a notamment mis sur pied deux projets : les Ateliers de Soutien à la Réussite et les Ateliers du Mercredi. Les premiers offrent, en étroite collaboration avec les enseignants, un soutien scolaire personnalisé aux enfants qui en ont besoin. Les seconds permettent aux jeunes de vivre les valeurs laïques et d’expérimenter concrètement des éléments de démocratie, de participation et de coopération. Cet ouvrage très pratique ne se contente pas de présenter les projets : il contient des comptes-rendus de situations vécues, des analyses, des réflexions, des essais et leurs recadrages ainsi que des outils. Il est le reflet d’une expérience en forme de projet pilote et, pourquoi pas, un vecteur d’inspiration pour des actions à plus grande échelle. Il aborde ainsi de nombreuses thématiques, parmi lesquelles deux sont particulièrement capitales aux yeux du Centre d’Action Laïque de la Province de Liège : une école de l’égalité et le vivre ensemble.​..

Continuer la lecture sur le site du Centre d’Action Laïque (BE)

L’ombre de l’extrême droite en Wallonie : le CEPIC

Plusieurs organisations néofascistes ou d’ultradroites ont été citées dans le cadre des enquêtes sur les « années de plomb » belges. « RésistanceS », en collaboration avec le mensuel belge « Avancées », vous propose une courte présentation de celles-ci.

Le Centre politique des indépendants et cadres chrétiens (CEPIC)

Le CEPIC se définissait comme un mouvement politique « en réaction à l’organisation et à la structuration de l’aile démocrate-chrétienne » (centre-gauche) du parti social-chrétien. Constitué de différents courants réactionnaires (conservateur, bourgeois et national-libéral) du PSC, il fut actif de 1972 à 1982 avec le soutien dès ses débuts du président Charles-Ferdinand Nothomb. Ses animateurs, qui se retrouvaient au Cercle des Nations, se prenaient pour des « croisés » de la civilisation occidentale. Ils défendaient un programme économique ultralibéral pour s’opposer à l’esprit « collectiviste » de l’époque.

Dirigé par Paul Vanden Boeynants (qui en deviendra son président en 1977), le baron Benoît de Bonvoisin, Jean-Pierre Grafé, José Dessertes, feu Jean Breydel, Cécile Goor, Joseph Michel, Paul Vankerkhoven et bien d’autres, le CEPIC, lors de son premier congrès en 1975, reçut les encouragements de Léo Tindemans (le premier ministre CVP de l’époque).

Cette aile droite du PSC était liée au mensuel d’extrême droite « Nouvel Europe magazine » et au Front de la jeunesse (FJ). En 1982, le président du PSC Gérard Deprez ordonna la dissolution du CEPIC. Une partie de ses membres restèrent au parti catholique, une autre s’en ira au PRL et une troisième mit sur pied une nouvelle formation politique, le Parti libéral chrétien qui devra ensuite changer de nom sous la pression du PRL.

Il faut dire que le nom du CEPIC, associé à l’extrême droite, revenait régulièrement à la une de l’actualité dans le cadre d’investigations sur des dossiers dits « chauds ». Paul Latinus, le chef du groupe secret néonazi WNP, avait même été protégé par certains de ses leaders. Plus tard, le Parti des forces nouvelles (un groupuscule néonazi issu du Front de la jeunesse) accusera le CEPIC de lui avoir piqué son programme politique écrit en 1975, d’avoir confisqué « l’énergie militante des nationalistes » et détourné les « résultats des actions » du FJ d’après l’article « Au royaume pourri de Belgique » publié dans son mensuel « Forces Nouvelles », n° 80, en 1990.

Aujourd’hui, les anciennes gloires du CEPIC se sont éparpillées dans la nature. Certaines ont définitivement abandonné la politique. D’autres poursuivent le combat. Ainsi, à l’heure actuelle on retrouve des « cepistes » dans les directions des principaux partis d’extrême droite. « L’esprit Cepic » se retrouve également dans le journal politico-satirique « Pan ».

Continuer la lecture du dossier de RésistanceS…