PARUTION | Une fin de siècle à Liège (2016)

HOUET & CAO, Une fin de siècle à Liège (Editions de la Province de Liège, 2016)

HOUET Michel (photographe) & CAO Jean-Pierre (journaliste), Une fin de siècle à Liège : 20 ans de photographies de presse (Editions de la Province de Liège, 2016)

La disparition de la presse régionale ne fait aucunement écho à un recul, un déclin, ni même un appauvrissement de la vie à l’échelle locale. Au contraire, la vie politique et culturelle, les mouvements sociaux, la scène musicale, le développement de l’urbanisme, le monde associatif et bien d’autres secteurs n’ont jamais été aussi riches d’investissements, d’engagements, d’enjeux et de controverses. En se focalisant sur les années 80 et 90, « Une fin de siècle à Liège, 20 ans de photographies de presse » témoigne des tensions multiples qui ont traversé la Ville de Liège par le passé. Et si le souvenir est parfois douloureux, il implique aussi, en filigrane, l’essor irrésistible dans lequel la Cité ardente semble désormais bien ancrée !​

L’ouvrage n’est pas une « banale » compilation de photographies de presse, mais bien une succession de témoignages des petits et grands événements qui ont eu lieu à Liège, vus à travers le prisme de l’appareil photo de Michel Houet. « Une fin de siècle à Liège » regroupe en effet une série de photographies de presse prises entre 1983 et 1999 dans le cadre de reportages ‘en commande’, pour une partie, mais aussi et surtout ‘à la pige’. Il faut savoir que le système de l’époque, imposé par la plupart des organes de presse, exigeait la présentation physique des photographies au rédacteur en chef. Celui-ci faisait alors son choix selon ses propres critères et décidait ensuite de publier… ou non ! Les photographes de presse (4 ou 5 à l’époque à Liège) étaient donc payés uniquement si leur travail était publié. Quotidiennement (dimanche compris), les reporters photo passaient dans les rédactions l’un après l’autre (parfois en même temps, ce qui pouvait donner lieu à des situations de tension réelle) afin de vendre leur production. Bien souvent, le premier arrivé gagnait de quoi continuer ses reportages jusqu’au lendemain. N’oublions pas qu’il fallait réaliser les prises de vue, développer les pellicules, réaliser les tirages et encore prendre la voiture pour passer de rédaction en rédaction avec les images… le tout parfois en moins de deux heures ! Les relations (amicales ou non) avec les éditeurs et la qualité du travail étaient évidemment deux critères déterminants, mais dont la subjectivité avait pour conséquence directe de maintenir une pression constante sur les photographes. Il va sans dire que nous étions loin d’une quelconque forme de sécurité de l’emploi ; la passion, l’énergie, l’abnégation, l’adrénaline, étaient les principaux moteurs de ces « demis fous ». Les principaux journaux dans lesquels ces images ont été publiées sont : Vers L’Avenir, La Libre Belgique/La Gazette de Liège, La Cité, La Wallonie, Le Vif, Combat, La DH, Le Soir…

Diplômé en photographie de l’Institut Saint-Luc à Liège en 1980, Michel Houet exerce sa profession à titre principal depuis 1983. Au fil des années, le photographe de presse qu’il était à l’origine s’est mué en partie en opérateur officiel de l’ULg tout en poursuivant une activité indépendante. Michel Houet réalise quotidiennement des reportages et des illustrations personnalisées pour le compte de plusieurs institutions, journaux, sites web et entreprises.

Journaliste depuis le début des années 80, Jean-Pierre Cao collabore à de nombreux titres liégeois et nationaux, en presse écrite (La Wallonie, La Meuse, La Cité, La Libre Belgique- Gazette de Liège, L’Avenir…) et audiovisuelle (FM 56, Télévesdre, RTBF…). En radio, il travaille pour Bel RTL depuis la création de la chaîne en 1991.

Liens utiles

Pourquoi il faut haïr les journalistes

​L’élection de Trump a fait le plus grand bien à ceux qui voulaient dire du mal des journalistes. Comme si cette profession était coproductrice de l’élection. «Je suis un journaliste, donc un déconnecté de la réalité. Chaque matin, mes enfants vont à l’école en taxi. Pire, en Uber. Le seul Français normal que je connaissais, c’était mon kiosquier, mais il a fermé. Désormais, je vis au sein d’une élite mondialisée coupée du monde social. Je n’ai pas vu venir le « Brexit », pas prévu Trump. D’ailleurs, si « Brexit » et Trump il y eut, c’est à cause de moi. » Voilà les aveux qu’il conviendrait de faire lorsqu’on est journaliste. Car si les peuples sont devenus populistes, c’est la faute à l’entre-soi médiatique. Autrement dit, la meilleure manière de combattre Trump et les siens, c’est de combattre les journalistes. La meilleure manière de faire reculer la démagogie, c’est de surenchérir dans la démagogie…

Lire la suite de l’article de Guillaume ERNER sur CHARLIEHEBDO.FR (16 novembre 2016)

THONART : textes

DOTREMONT, Christian, Par voie d’origine (ca. 1968)
Articles
Contes & fables
Poèmes & chansons sans musique
Traductions

préparé par Patrick THONART