SWYNGEDOUW : On peut faire dire tout et son contraire à un sondage…

Marc Swyngedouw (c) Téo Beck

3 questions à Marc Swyngedouw, Professeur en Sociologie et Méthodologie politique à la KUL. Il a présidé le Centre de Recherche sociologiques (CeSO) et est Directeur de l’Institut de sondages d’opinions sociaux et politiques (ISPO).

Quelle est la position des éditeurs face aux sondages ?

Il y a 20 ans d’ici, les pratiques étaient différentes. Il y avait un bureau de sondages qui menait des enquêtes en face à face sur des échantillons quota ou aléatoires (tirés au hasard dans la liste des électeurs) et qui ensuite proposait les résultats aux médias. Aujourd’hui, les choses ont bien changé. Ce sont les éditeurs qui font régulièrement appel aux bureaux de sondage. Pour réduire les budgets, ils se regroupent souvent à plusieurs médias et optent pour une formule pas trop coûteuse comme ça ils peuvent publier plusieurs sondages par an. L’enquête d’opinion est devenue un moyen de produire du contenu dont les éditeurs contrôlent le processus. Ils sont à la fois les mandataires et les interprètes des résultats. Ça fait vendre, ça fait de l’audience, alors ils publient.

La publication de résultats de sondages nuit-elle à la qualité de l’information politique ?

Clairement oui. Et de plus en plus. Déjà le changement de méthodologie impacte la qualité. On n’a quasi plus que des sondages électroniques et/ou par téléphone. On a déjà un fameux biais dans le choix de l’échantillon. Le sondé doit être dans le bottin ou avoir une connexion internet et savoir manier les outils informatiques. Pire. Des bureaux d’études de marché qui réalise régulièrement des sondages pour certains groupes de presse francophones, mènent leurs enquêtes sur base de panélistes volontaires qui s’inscrivent pour participer à des sondages par mail. On n’a plus d’échantillon aléatoire dans ce cas. Les résultats ne peuvent vraiment pas être représentatifs. On peut leur faire dire tout et son contraire. Et c’est malheureusement ce qui arrive de plus en plus. Sur base d’une réalité virtuelle déconnectée de la réalité, on débat de l’avenir de la politique. C’est très contestable.

Comment les médias devraient-ils traiter les sondages ?

Il faut que les rédactions prennent conscience de ce qu’elles diffusent. Baseraient-elles un dossier politique sur un entretien téléphonique avec Madame Soleil ? Il faut donc une base de travail de qualité, c’est-à-dire des enquêtes en face-à-face (quota ; random walk) ou postale (méthode Dilman).
C’est une responsabilité journalistique de diffuser des résultats. Quel que soit le document qui sert de source, le journaliste doit se poser les bonnes questions. Qui a été interrogé ? Comment ? Quelle est la marge d’erreur ? En cas de panélistes volontaires, on ne peut pas calculer la marge d’erreur. Il faut que les journalistes aient la liberté et le temps de le faire. Si l’enquête n’est pas représentative, alors rien ne sert de communiquer des résultats. Il faut de l’honnêteté intellectuelle envers les citoyen.ne.s, et d’autant plus pour les chaines du service public.
Les instituts de sondage, membres de Febelmar, la fédération belge des instituts de recherche, doivent enregistrer la fiche technique détaillée du chaque sondage politique. Tout est consultable librement sur leur site. Combien de journalistes vont voir ces données publiques et les prennent en considération ?
Enfin, c’est regrettable qu’il n’y ait pas d’études disponibles de l’impact des sondages sur le résultat des élections en Belgique. Ce serait très intéressant que des chercheurs s’y intéressent !

Lire l’article original sur REGULATION.BE (6 février 2018)


Plus de presse…