Chanson d’Union

Cliquez sur la partition pour entendre le MIDI (.mp3)
  1. Frères et Compagnons
    De la Maçonnerie,
    Sans chagrin jouissons
    Des plaisirs de la vie ;
    Munis d’un rouge bord,
    Que par trois fois un signal de nos verres
    Soit une preuve que d’accord
    Nous buvons à nos Frères. (bis)
  2. Le monde est curieux
    De savoir nos ouvrages ;
    Mais tous nos envieux
    N’en seront pas plus sages.
    Ils tâchent vainement
    De pénétrer nos Secrets, nos Mystères ;
    Ils ne sauront pas seulement
    Comment boivent les Frères. (bis)
  3. Ceux qui cherchent nos Mots ,
    Se vantant de nos Signes,
    Sont du nombre des sots,
    De nos soucis indignes.
    C’est vouloir de leurs dents
    Prendre la Lune dans sa course altière.
    Nous-mêmes serions ignorants,
    Sans le titre de Frère. (bis)
  4. On a vu, de tout temps,
    Des Monarques, des Princes,
    Et quantité de Grands,
    Dans toutes les Provinces,
    Pour prendre un Tablier,
    Quitter sans peine leurs armes guerrières,
    Et toujours se glorifier
    D’être connus pour Frères. (bis).
  5. L’Antiquité répond
    Que tout est raisonnable,
    Qu’il n’est rien que de bon,
    De juste & d’agréable
    Dans les Sociétés
    Des vrais Maçons & légitimes Frères :
    Ainsi buvons à leurs santés,
    Et vidons tous nos verres. (bis)
  6. Joignons-nous main en main,
    Tenons-nous ferme ensemble,
    Rendons grace au Destin
    Du nœud qui nous assemble :
    Et soyons assurés
    Qu’il ne se boit, sur les deux Hémisphères,
    POINT DE PLUS ILLUSTRES SANTES,
    QUE CELLES DE NOS FRERES. (3 fois)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.