AGUEEV : textes

… ainsi allais-je le long des boulevards, accrochant du regard, comme avec une branche, les yeux de toutes les femmes qui venaient à l’encontre. Jamais je n’ai, comme on dit, déshabillé du regard aucune d’elles, comme je n’ai jamais ressenti de désir charnel. En cet état fiévreux dans lequel un autre que moi aurait, peut-être … Continuer la lecture de « AGUEEV : textes »

MILOSZ : Et surtout que… (1906)

— Et surtout que Demain n’apprenne pas où je suis — Les bois, les bois sont pleins de baies noires — Ta voix est comme un son de lune dans le vieux puits Où l’écho, l’écho de juin vient boire. Et que nul ne prononce mon nom là-bas, en rêve, Les temps, les temps sont … Continuer la lecture de « MILOSZ : Et surtout que… (1906) »

SENNETT : textes

  Dans SENNETT Richard, Ensemble, pour une éthique de la coopération (Paris, Albin Michel, 2014, pour la traduction française), l’auteur planche richement sur le tribalisme et la différence… Le tribalisme associe solidarité avec ses semblables et agression contre ceux qui sont différents. C’est une pulsion naturelle, puisque la plupart des animaux sociaux sont tribaux ; ils … Continuer la lecture de « SENNETT : textes »

ATWOOD : textes

Margaret Eleanor « Peggy » ATWOOD est née le 18 novembre 1939 à Ottawa, Ontario (CA). Femme d’engagement, elle est non seulement une romancière canadienne majeure mais également une poétesse et critique littéraire respectée. The Handmaid’s Tale (La servante écarlate, Pavillons, 1987, pour l’édition française) est un roman dystopique (c’est à dire, racontant une utopie négative) … Continuer la lecture de « ATWOOD : textes »

amitié

Jacques DUFRESNE écrit : Le mot grec philia, que nous traduisons par amitié, avait deux sens: l’affection qui unit deux personnes qui se sont choisies l’une l’autre et l’attachement qui unit entre eux les habitants d’une cité. Le premier sentiment est l’amitié privée, le second l’amitié civique. […] Abel Bonnard, soutient dans L’amitié, 1qu’il faut distinguer l’ami de l’allié et … Continuer la lecture de « amitié »

BLOCH : textes

Délibérément – Lisez Mein Kampf et les conversations avec Rauschning – l’hitlérisme refuse à ses foules tout accès au vrai. Il remplace la persuasion par la suggestion émotive […]. Pour nous, il nous faut choisir : ou faire, à notre tour, de notre peuple un clavier qui vibre, aveuglément, au magnétisme de quelques chefs (mais … Continuer la lecture de « BLOCH : textes »

BLIXEN : textes

BLIXEN Karen, alias Isak Dinesen (1885-1962), dans Les rêveurs (in Sept contes gothiques, 1934) : Lorsqu’on plante un caféier, si l’on replie la racine pivotante, l’arbre ne tardera pas à lancer en surface une multitude de petites racines délicates. Il ne se développera pas bien, ne portera jamais de fruits, mais fleurira plus abondamment que les … Continuer la lecture de « BLIXEN : textes »

FOIX : textes

Il était poète, ami de Dalí, Miró, Eluard, traducteur en catalan de Tzara, Soupault, Eluard, Breton : Josep Vicenç Foix i Mas (plus connu sous le nom de J. V. FOIX), à l’heure d’écrire, préférait néanmoins le faire selon l’ancienne tradition : le décasyllabe (italien, catalan) et le sonnet. Si Foix était « ancien » dans la forme, … Continuer la lecture de « FOIX : textes »

LISPECTOR : textes

Clarice LISPECTOR Clarice (1920-1977) dans Le bâtisseur de ruines (1970 pour la version française de A maçã no escuro, 1961) Quand un homme se respecte, il est enfin créé à sa propre image.   Nous avons été donnés à nous-mêmes comme échantillon de ce dont le monde est capable.   En citer plus…

WITTGENSTEIN : textes

Lettre de Ludwig WITTGENSTEIN (1889-1951) à Bertrand RUSSELL (1872-1970) datée du 3 mars 1914 : Cher Russell, (…) je dois te redire que nos dissensions n’ont pas seulement des causes extérieures (nervosité, surmenage, etc.), mais aussi des racines très profondes – du moins de mon côté. Il se peut que tu aies raison de dire que … Continuer la lecture de « WITTGENSTEIN : textes »

SPINOZA : textes

Determinatio est negatio. Ethique (1677) L’expérience m’avait appris que toutes les occurrences les plus fréquentes de la vie ordinaire sont vaines et futiles ; je voyais qu’aucune des choses, qui étaient pour moi cause ou objet de crainte, ne contient rien en soi de bon ni de mauvais, si ce n’est à proportion du mouvement qu’elle excite dans … Continuer la lecture de « SPINOZA : textes »

ECO : textes

De Hercule à Siegfried, de Roland à Pantagruel en passant par Peter Pan, le héros doué de pouvoirs supérieurs à ceux du commun des mortels est une constante de l’imagination populaire. Souvent, la vertu du héros s’humanise, et ses pouvoirs ultra-surnaturels ne sont que la réalisation parfaitement aboutie d’un pouvoir naturel, la ruse, la rapidité, … Continuer la lecture de « ECO : textes »

NIETZSCHE : textes

Ma formule pour la grandeur de l’homme est amor fati : que l’on ne veuille rien avoir différemment, ni par le passé, ni par le futur, de toute éternité. Il ne faut pas seulement supporter le nécessaire, encore moins se le cacher – tout idéalisme est mensonge face à la nécessité –, il faut aussi … Continuer la lecture de « NIETZSCHE : textes »

MURAKAMI : textes

Haruki MURAKAMI (né en 1949) Des hommes sans femmes (in Des hommes sans femmes, nouvelles, 2017, extr.) Il est très facile de devenir des hommes sans femmes. On a juste besoin d’aimer profondément une femme et que celle-ci disparaisse ensuite. En général (comme vous le savez), elles auront astucieusement été emmenées par de robustes marins. … Continuer la lecture de « MURAKAMI : textes »

HUGO : textes

HUGO, Victor (1802-1885) La légende des siècles, IV. En Grèce ! (extr.) ​[…] Sentir l’être sacré frémir dans l’être cher, Apercevoir un astre à travers une chair, Voir à travers le cœur humain l’âme divine, Achever ce qu’on voit avec ce qu’on devine, C’est croire, c’est aimer. […] L’homme qui rit (extr.) Vous rayonnez sous la beauté … Continuer la lecture de « HUGO : textes »

T.S. ELIOT : textes

ELIOT, Thomas Steams (1888-1965) The Love Song of J. Alfred Prufrock (in Prufrock and other Observations, 1917), traduit par Alain Lipietz (​Traduire Prufrock selon Eco, 2007) La chanson de J. Alfred Prufrock, le mal-aimé    Alors allons-y, toi et moi, Quand le soir est contre le ciel écartelé Comme un patient sur une table, anesthésié … Continuer la lecture de « T.S. ELIOT : textes »

NERUDA : textes

BASOALTO, Ricardo Eliécer Neftalí Reyes, alias Pablo NERUDA (1904-1973) ​Sonnet XVII (in Cent Sonnets d’Amour) Je ne t’aime pas comme rose de sel, ni topaze Ni comme flèche d’oeillets propageant le feu : Je t’aime comme l’on aime certaines choses obscures, De façon secrète, entre l’ombre et l’âme. Je t’aime comme la plante qui ne … Continuer la lecture de « NERUDA : textes »

EHRMANN : textes

EHRMANN, Max (1912-1945) Une légende urbaine veut que ce texte ait été trouvé dans l’église Saint-Paul de Baltimore, USA, il y a plus de deux siècles. Il aurait été laissé dans cette église en 1692 par un auteur inconnu. La vérité est ailleurs : le véritable auteur s’appelle Max Ehrmann (1872-1945). Il l’a écrit en … Continuer la lecture de « EHRMANN : textes »

MONTAIGNE : textes

Michel EYQUEM, seigneur de Montaigne dit MONTAIGNE (1533-1592) Essais, III, 13, De l’expérience​ ​Notre grand et glorieux chef-d’oeuvre, c’est vivre à propos. Essais, III, 8, Sur l’art de la conversation Nous n’aimons pas la rectification​ [de nos opinions] ; il faudrait [au contraire] s’y prêter et s’y offrir, notamment quand elle vient sous forme de conversation, … Continuer la lecture de « MONTAIGNE : textes »

DESPROGES : textes

DESPROGES, Pierre (1939-1988) Ce n’est pas parce que l’homme a soif d’amour qu’il doit se jeter sur la première gourde venue. Je ne bois jamais à outrance, je ne sais même pas où c’est. L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne. Je n’ai jamais abusé de l’alcool, il a toujours été consentant. Si vous … Continuer la lecture de « DESPROGES : textes »

CONCHE : textes

CONCHE, Marcel (né en 1922)​ ​​​(extrait de Penser encore, 2016) ​Le tragique vient de ce que la mort efface tout, aussi bien ce qui ne vaut pas que ce qui a une valeur infinie – un vieillard réduit à une vie végétative mais, aussi bien, un enfant riche en promesses et qui n’a pas encore … Continuer la lecture de « CONCHE : textes »

APOLLINAIRE : textes

Guillaume APOLLINAIRE (1880-1918) Lettre à Lou (1915) […] Lou, encore une fois je veux que tu ne te fasse pas menotte trop souvent. Je vais être jaloux de ton doigt. Je veux que tu me dises quand tu t’ais (sic) fait menotte et que tu résistes un peu. Je serai obligé de te corriger. Tu … Continuer la lecture de « APOLLINAIRE : textes »

STEGNER : textes

STEGNER, Wallace (1909-1993) Vue cavalière (The Spectator Bird, 1976, extr.) La représentation la plus exacte que je connaisse de la vie est proposée par Bede le Vénérable : c’est cet oiseau qui entre dans le hall éclairé, y volette quelques instants, puis ressort dans la nuit. Mais Ruth [l’épouse du narrateur] ​est dans le vrai. … Continuer la lecture de « STEGNER : textes »

RONSARD : textes

Pierre de RONSARD (1524-1585) Bonjour mon cœur, bonjour ma douce vie Bonjour mon œil, bonjour ma chère amie! Hé! Bonjour ma toute belle, Ma mignardise, bonjour Mes délices, mon amour, Mon doux printemps, ma douce fleur nouvelle, Mon doux plaisir, ma douce colombelle, Mon passereau, ma gente tourterelle! Bonjour ma douce rebelle. Hé, faudra-t-il que … Continuer la lecture de « RONSARD : textes »

PROUST : textes

Proust, Marcel (1871-1922) Du côté de Guermantes (1920-21) Nou​s disons bien que l’heure de la mort est incertaine, mais quand nous disons cela, nous nous représentons cette heure comme située dans un espace vague et lointain, nous ne pensons pas qu’elle ait un rapport quelconque avec la journée déjà commencée et puisse signifier que la … Continuer la lecture de « PROUST : textes »

ORWELL : textes

ORWELL​, George (1903-1950)​ Les principes du novlange, Appendice à 1984 (Gallimard, Paris, 1950, pour la traduction française) Le novlangue a été la langue officielle de l’Océania. Il fut inventé pour répondre aux besoins de l’Angsoc, ou socialisme anglais. En l’an 1984, le novlangue n’était pas la seule langue en usage, que ce fût oralement ou … Continuer la lecture de « ORWELL : textes »

MAQUET : textes

MAQUET Albert (1922-2009) Lu (in Djeû d’apèles. Jeux d’appeaux. Poèmes en wallon liégeois avec traduction française en regard, Ougrée, chez l’auteur, 1947) ​​I m’a trové l’ôte djoû tot seû avou mès ponnes. I m’a loukî doûcemint èt s’a-st-achou d’lé mi. Adon n’s-avans foumî tote nosse toûbac’ èssone, mins nins pus’ onk qui l’ôte nos n’avans … Continuer la lecture de « MAQUET : textes »

REVERDY : textes

REVERDY, Pierre (1889-1960)​​ Tard dans la vie (​1960, paru dans La liberté des mers)​​ Je suis dur Je suis tendre Et j’ai perdu mon temps A rêver sans dormir A dormir en marchant Partout où j’ai passé J’ai trouvé mon absence Je ne suis nulle part Excepté le néant Mais je porte caché au plus haut des … Continuer la lecture de « REVERDY : textes »