De quoi wallonica.org est-il le nom ?

Découvrez wallonica.org, une encyclopédie en ligne dédiée aux savoirs francophones, de Wallonie et d’ailleurs, et rejoignez nos partenaires !

Vous avez le droit de savoirs

Accueil wallonica.org

« Collecter, intégrer et animer tout ou partie des connaissances disponibles, sans limitation de culture, pour les diffuser de manière raisonnée par tout dispositif suscitant l’esprit critique, l’exercice du jugement et l’adhésion aux responsabilités citoyennes. »


Découvrez l’initiative wallonica.org en cliquant sur le titre d’une des cinq parties, ci-dessous :

  1. INITIATIVE – lancée en 2000, wallonica.org est avant tout une initiative citoyenne et critique, qui a connu plusieurs avatars ;
  2. BUREAU D’ÉTUDES – l’équipe éditoriale travaille aussi dans le cadre d’une société à finalité sociale (SFS) ;
  3. EDITION  – ce qui ne doit pas faire oublier le cœur d’activités : l’édition d’une encyclopédie en ligne où
  4. DÉJÀ PARUS – …chaque article est « toute une histoire » ;
  5. PÉRENNITÉ – Et demain ?

Pour en savoir plus, votre contact est Patrick THONART, éditeur responsable, 147a rue des Wallons à 4000 LIEGE (BE), +32 470 37 32 34,  wallonica (at) gmail (point) com. N’hésitez pas…


1. L’initiative

En bref…

wallonica.org est un blogue encyclopédique citoyen, indépendant, consacré aux contenus francophones, wallons et assimilés. Initialement publié sur walloniebruxelles.org (en partenariat avec l’encyclopédie québécoise de l’Agora, agora.qc.ca, 12+ millions de visites/an) ; il a été soutenu à deux reprises par la Présidence de la Communauté française de Belgique, puis par la Province de Liège : la popularité de l’initiative wallonica.org en fait un levier reconnu de la présence et de l’identité wallonne sur la Toile.

wallonica.org est une initiative à vocation encyclopédique, présente tant dans le domaine de l’éducation permanente et du marketing culturel d’intérêt public que de la promotion des savoirs wallons. Par ailleurs, l’expertise accumulée en bientôt 20 ans d’édition permet d’offrir, aux acteurs publics comme aux entreprises, des services spécialisés d’ingénierie des connaissances, proposés dans le cadre du bureau d’études wallonica.tech (une société à finalité sociale) ; la facturation de ces prestations participe de la survie financière du projet, au-delà des différents appels de fonds.

L’édition de l’encyclopédie wallonica.org est la réponse du berger à la bergère face à cinq problèmes posés aujourd’hui par la Toile et ses contenus : (a) leur qualité est inégale voire souvent médiocre ; (b) la visibilité des acteurs sérieux est souvent faible et le référencement des sites d’intérêt dans les moteurs de recherche principaux pas toujours efficace ; (c) les procédés de communication utilisés empêchent de juger de la fiabilité des informations ; (d) l’accessibilité des publications plus spécialisées n’est pas toujours facilitée par une vulgarisation raisonnable et, d’un autre côté, (e) les contenus plus populaires présentent fréquemment peu d’intérêt, n’ayant d’autre objectif que de capter le visiteur pour afficher des publicités commerciales.

Le portail encyclopédique wallonica.org est disponible pour tous les internautes, librement, gratuitement, sans publicité ni capture d’identité. Ses contenus sont édités par une équipe de contributeurs cooptés qui préfèrent l’humanisme du lien à l’exhaustivité : les articles sont d’ailleurs souvent des compilations critiques de savoirs présents ailleurs sur la Toile, vers lesquels ils renvoient.

Pour garantir sa visibilité (entre autres auprès des moteurs de recherche les plus populaires), wallonica.org utilise différents procédés techniques et sémantiques pour capter les internautes et leur proposer articles, dossiers, documents associés et, le cas échéant, des collections de liens vers d’autres ressources documentaires validées. Enfin, wallonica.org diffuse l’actualité de ses publications sur les réseaux sociaux les plus populaires.

Héritages…

Peut-être n’est-ce plus faire preuve d’originalité que de citer Denis DIDEROT qui, dès 1755, déclarait vouloir « rassembler les connoissances éparses sur la surface de la terre, [d’]en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, & [de] le transmettre aux hommes qui viendront après nous ; [… ; afin] que nos neveux, devenant plus instruits, deviennent en même tems plus vertueux & plus heureux, & que nous ne mourions pas sans avoir bien mérité du genre humain. »
Puis de rappeler les mots de Jean JAURES qui ajoutait en 1904 : « C’est par des informations étendues et exactes que nous voudrions donner à toutes les intelligences libres les moyens de comprendre et de juger elles-mêmes les événements du monde. »
Plus près de nous, le pacifiste belge Paul OTLET (et son acolyte Henri-Marie La Fontaine, Prix Nobel de la Paix en 1913) inventa la Classification Décimale Universelle encore en vigueur dans nos bibliothèques et un ‘web de papier’ dont les milliers de fiches sont aujourd’hui encore conservées au Mundaneum (Mons, BE). Il travaillait à… « …mettre ensemble les idées des hommes, faire utiliser par les uns les travaux des autres. […] une bourse intellectuelle possible grâce à un entrepôt intellectuel. L’offre et la demande s’y rencontrent. »
Quant à lui, le philosophe québécois Jacques DUFRESNE, initiateur de l’Encyclopédie de l’Agora, martelait dès 1994 combien « l’hyperlien est humaniste. »
Ce sont là des héritages pleinement assumés par une initiative comme wallonica.org, militante, tant sur le terrain de la formation, de l’éducation permanente et de l’identité wallonne que sur celui de la citoyenneté en Francophonie.

Missions…

  1. EDUCATION PERMANENTE. La qualité déclinante des contenus publiés sur la Toile et celle du français utilisé dans la communication écrite sont inquiétants en nos temps de simplification abusive de la pensée, de montée de nationalismes brutaux et de consumérisme aveugle. Pour « bien mériter du genre humain », œuvrer à partager les savoirs est une priorité ;
  2. ECONOMIE SOCIALE. Le tout-économique préside aujourd’hui à la lecture du monde et cela ne nous rend pas heureux. Reste qu’initiative citoyenne et entreprise ne sont pas des termes contradictoires. Il est temps que les projets d’utilité publique jouent dans la même cour que les entreprises commerciales/industrielles. D’où notre volonté de jouer la carte entrepreneuriale via notre bureau d’études et de bénéficier des mêmes accompagnements que les autres sociétés wallonnes ;
  3. TRANSFERT DE TECHNOLOGIE. Le web est un lieu foisonnant mais la vitalité des nouvelles technologies et méthodes reste principalement l’apanage de sites commerciaux ou de dispositifs à finalité industrielle. En ouvrant la porte aux développements les plus récents, en se proposant comme pilote pour certaines applications, nous voulons faire le meilleur usage de ces outils pour la diffusion des savoirs. Plus encore, wallonica.org se positionne comme un laboratoire en ligne pour tester puis mettre en œuvre différents prototypes technologiques ou méthodologiques et ce, dans des domaines tels que les technologies web. Quelques exemples : un partenaire développe un module de veille instantanée qui fournirait en temps réel au lecteur d’un article les dernières publications du web sur le sujet concerné ; un autre partenaire désire tester un moteur de recherche sémantique où la totalité du sens de la requête sert de critère de recherche ;
  4. EDUCATION AUX MEDIAS. Face à l’absence de sens critique de nos frères humains devant les techniques professionnelles de communication et de marketing. wallonica.org se positionne comme un conseiller de lecture critique et un marchepied vers les contenus validés, ailleurs sur le net. Et ce, pour favoriser un meilleur usage des médias, et soutenir les CRACS (Citoyens Responsables, Actifs, Critiques et Solidaires, de 7 à 77 ans) ;
  5. VISIBILITÉ DE LA WALLONIE. La popularité de wallonica.org auprès des moteurs de recherche est synonyme de visibilité de notre Région. Qui plus est, par la magie du classement alphabétique et de la réseaugraphie des articles, tout acteur wallon est sur le même pied que ses confrères dans le monde entier. Sans tapage publicitaire, nous assurons également la promotion de la Wallonie, via ses contenus publiés.

Positionnement…

La Toile (le web) regorge d’informations, validées ou spontanées, vraies ou fausses, organisées ou simplement juxtaposées. Elles sont offertes indistinctement aux utilisateurs de tout âge. Les sites les mieux documentés y voisinent les contenus les plus inacceptables ; qui plus est, les internautes n’ont pas toujours reçu une éducation aux médias suffisante. Comment alors aider le citoyen à trouver des informations pertinentes, validées et utilisables ?

wallonica.org se positionne clairement dans une niche laissée libre entre le grouillement des publications non contrôlées sur les outils Web 2.0 et les silos étanches des sites scientifiques, réservés aux chercheurs et aux experts. Si le web est la plus grande bibliothèque disponible pour tous, wallonica.org se positionne comme un de ses conseillers de lecture, attentif et critique. C’est pourquoi :

  1. L’accès aux pages de wallonica.org est entièrement gratuit. Le visiteur intéressé ne doit ni payer, ni s’abonner pour consulter les contenus de l’encyclopédie ;
  2. Les coordonnées du visiteur ne sont pas capturées et aucune publicité ou publipostage ne lui sont adressés suite à sa visite ;
  3. La seule promotion visible dans les pages du site concerne des initiatives d’intérêt public ;
  4. L’édition des contenus est entièrement contrôlée et les éditeurs sont identifiés. Impossible de modifier un article sans passer par un message adressé à l’équipe de rédaction, qui jugera ;
  5. Les contenus techniques sont vulgarisés mais des liens sont disponibles vers des sites plus spécialisés, pour ceux qui veulent « en savoir plus encore » ;
  6. Les contenus de wallonica.org sont garnis d’une multitude de liens vers d’autres sources de savoirs, présents sur le net ;
  7. Les articles s’ajoutent au fil des rencontres de l’équipe et de l’actualité : il ne s’agit dont pas d’un corpus figé à sa création mais bien d’un ensemble dont la croissance est organique ;
  8. wallonica.org contient beaucoup plus que des entrées d’encyclopédie : revue de presse, agenda, sélection subjective d’ouvrages visuels ou écrits, blogue…

Un livre d’or…

D’agora.qc.ca à wallonica.org, en passant par walloniebruxelles.org, e.a.

  • Michel SERRES, philosophe, « L’Agora, un modèle… » ;
  • Guide Internet (Québec), « En plus d’un contenu particulièrement riche, la présentation est soignée et la navigation, simple et efficace. » (5 étoiles)
  • La Bibliothèque Nationale de France (BNF), « Cette encyclopédie… réunit pour un même sujet, une définition, une documentation diversifiée (article original ou extrait de texte déjà publié disponible sur Internet, transcription d’émission radiopho­nique, texte littéraire, bibliographie, etc.), des liens vers des sites Internet (rubrique « Raccourcis intéres­sants »), des renvois vers d’autres articles de l’encyclopédie. La recherche peut se faire par feuilletage des catégories (permettant de consulter la liste des dossiers inclus dans cette catégorie), par recherche dans l’index de tous les dossiers, ou par interrogation du moteur de recherche…»
  • La Communauté française Wallonie-Bruxelles a commandé un pilote en ligne, en vue d’une utilisation dans les écoles ; la Province de Liège a également apporté son soutien financier ;
  • Dans la presse : Le Monde, Le Figaro, Science et vie, Science et avenir, Le Soleil, Voir, Le Devoir, La Presse, La Tribune de Sherbrooke…
  • EDUCNET (site du Ministère français de l’éducation pour les TIC) : « Une œuvre évolutive et interactive. Déjà au départ, un noyau significatif de documents, appelé à une croissance organique, à laquelle vous pouvez contribuer : soit en acceptant d’être titulaire d’un dossier soit en envoyant des documents destinés à des dossiers déjà créés »
  • Un visiteur récent de wallonica.org : « Quel bonheur ! La navigation sur ce site est tout simplement « humaine ». La progression est libre et respectueuse du visiteur. Quelle découverte ! Quel bonheur avec tellement d’informations fraîches et pertinentes. C’est beau, c’est clair, c’est rassasiant. Merci de nous réconcilier avec l’Encyclopédie avec autant de plaisirs…. un régal« …

Comment devenir partenaire ?

Contributeurs, rédacteurs, réviseurs, traducteurs, compilateurs, correcteurs, développeurs, bailleurs de contenus, dénicheurs de perles rares et de corpus oubliés, travailleurs de Mémoire, documentalistes, soutiens moraux, réseauteurs, intermédiaires, partenaires ou ami(e)s, célèbres ou discrets, pouvoirs subsidiants, prospects et clients, mécènes de tout acabit, membres du réseau des amis de wallonica.org : ils sont tous de la partie, de près ou de loin.

Quelques exemples…

  • Encyclopédie de l’Agora (QC) : 12 ans de partenariat pour l’édition commune d’une encyclopédie ; aujourd’hui, rapatriement des articles publiés dans la BD commune vers le site actuel ;
  • Communauté française de Belgique : pouvoir subsidiant à deux reprises (éducation permanente), pour la création du pilote walloniebruxelles.org et pour son fonctionnement au profit des écoles ;
  • Province de Liège : pouvoir subsidiant de la migration en PHP/MySQL (éducation permanente et formation des documentalistes à la HEPL) ;
  • Région wallonne, Ministère de l’économie : intérêt marqué pour une vitrine non-commerciale des savoir-faire technologiques wallons (promotion à l’international) ;
  • Jean-Pol Schroeder (Maison du Jazz, Liège) : autorisation de publier tous les articles signés de sa main dans plusieurs ouvrages collectifs, aujourd’hui épuisés ;
  • Ville de Liège, Echevinat de la culture : intérêt marqué pour une vitrine des expos programmées à Liège (publication d’articles pérennes documentant les sujets des manifestations : valises promotionnelles) ;
  • Alliance française à Nairobi (KN) : intérêt marqué pour un espace documentaire sur la présence francophone en Afrique de l’Est ; le voyage de prospection commerciale était financé par l’AWEX ;
  • Revue internationale Cosmopolis : publication de la revue dans les pages de l’encyclopédie avec hyperliens vers les articles de fond ;
  • une PME wallonne spécialisée en veille web : utilisation de wallonica.org pour tester un pilote technique (chaque article proposerait également des résultats de veille instantanés, sur son contenu)…

2. Le bureau d’études

Pérenniser financièrement l’initiative wallonica.org passait par la fondation d’une structure sociale qui puisse accueillir tous les types d’intervenants, bénéficier de subsides publics ou de dons privés et facturer des prestations de conseil ou percevoir des redevances de franchise. Ici, c’est un bureau d’études créé sous la forme d’une société coopérative à finalité sociale [en constitution] qui s’est imposé : outre l’accent mis sur l’utilité publique, chaque coopérateur ne dispose que de max. 10 % des voix, quel que soit son apport. Le cas échéant, une société des Amis de wallonica.org pourra être créée en parallèle, comme c’est le cas pour certaines institutions muséales.

L’objet social : « wallonica.org peut effectuer toute opération de gestion des connaissances (« Knowledge Management social »), pour son bénéfice ou pour le compte de tiers, tant au niveau des méthodes, des technologies, de la mise en œuvre et/ou de l’exploitation, que de la diffusion –en ligne ou non- et de l’animation. L’approche adoptée est critique et qualifiée d’encyclopédique en ceci qu’elle vise à identifier, collecter, structurer et traiter tout ou partie des connaissances disponibles, sans limitation de culture, pour les diffuser de manière raisonnée par tout dispositif suscitant l’esprit critique, l’exercice du jugement et l’adhésion aux responsabilités citoyennes. Pour virtuels que puissent être les savoirs publiés en ligne, les dispositifs mis en œuvre devront, directement ou indirectement, ramener à la réalité sensible et à l’expérience humaine. Même dans le cas de prestations pour le compte de tiers, la valorisation du savoir-faire de wallonica.org doit constituer un bénéfice pour l’encyclopédie qu’elle édite par ailleurs. »

Les différentes activités de wallonica.org peuvent dès lors se résumer comme suit :

wallonica.org : structure de l'organisation

  • EDITION
    • Édition du blog encyclopédique wallonica.org
    • Dématérialisation de corpus
    • Traduction – localisation
  • ANIMATION
    • Réseau des Maisons Jaucourt
    • Séminaires techniques / méthodo
    • Formations / Education aux médias
  • INGENIERIE
    • Knowledge Management social (KM)
    • R&D technologies du web documentaire
    • Pilotes d’APK web sémantique
  • CONSEIL
    • Gestion du capital savoir des organisations
    • Assistance à la maîtrise d’ouvrage en KM
    • Mise œuvre d’intranet
  • PROMOTION
    • Régie de promotion d’intérêt public
    • Marketing culturel
    • Plan de visibilité web via contenus

Plus de détails sont disponibles sur le site de notre bureau d’études

Les acteurs…

Outre les fondateurs, dont Patrick THONART, les acteurs de l’initiative sont :

  • des franchisés : les éditeurs responsables des Maisons Jaucourt (coopérateurs de type B), indépendants, sous contrat de franchise (à formaliser), avec une autonomie d’édition et contrôle éditorial a posteriori ;
  • des collaborateurs internes ou externes dont les prestations sont facturées (ou des bénévoles) : les consultants ; les petites mains de l’édition ; les auteurs rémunérés…
  • le réseau des relais institutionnels, des relais presse, des relais grand public et/ou entreprises ;
  • les donateurs publics ou privés : pouvoirs publics (subsides) ; soutiens particuliers (e.a. donations) ; membres du réseau (cotisation avec avantages) ;
  • les clients : publics (ex. valises promotionnelles pour les musées) ou privés (ex. Knowledge Mgmt attn entreprises).

L’interface promotionnelle…

Par promotion, on doit ici comprendre promotion d’initiatives non commerciales ou d‘intérêt public (ex. parution de la revue Cosmopolis, projection de Congo River de Thierry Michel, concert Franck à l’OPRL…) et ce, au travers d’articles et de pavés d’annonce justement répartis dans le site. Les Actes d’un colloque peuvent également être publiés au sein de l’encyclopédie avec des liens vers les dossiers liés, le programme de la rencontre étant présent sur des pages promotionnelles.

Pourquoi agir ainsi ? Nous avons constaté que peu d’acteurs culturels et assimilés atteignent une taille ou une visibilité critique suffisante via leurs seuls contenus, pourtant cruciaux : leur promotion bénéficie rarement d’outils de visibilité efficaces. Il manque dès lors un outil qui offre conjointement :

  • un dispositif de promotion (marketing culturel en ligne) partagé par tous les acteurs,
  • un lieu de documentation (encyclopédie en ligne) qui permette d’offrir à long terme un maximum d’information sur leurs contenus (les oeuvres, les acteurs, les initiatives) et
  • un espace d’animation et d’information de bonne visibilité.

Pour concrétiser ce dispositif, wallonica.org développe des valises de promotion prêtes à l’emploi pour la visibilité de tout objet de culture ou opération d’intérêt public:

  1. la VALISE OEUVRES pour les objets culturels/artistes (biographies, œuvres, peintures, sculptures, performances, etc.) ;
  2. la VALISE ACTEURS pour les (organisations d’) acteurs dont l’action est d’intérêt public ;
  3. la VALISE ACTIONS pour les actions et les initiatives (campagnes d’information, de prévention, expos, concerts, festivals, opérations à thème, etc.).

Chaque valise est déclinée en trois niveaux (basique, medium et avancé), correspondant à la quantité d’éléments mis en œuvre, à la périodicité des publications et, partant, à leur tarification.

La feuille de route…

  • 1995 : QC – Jacques Dufresne publie une étude sur les autoroutes de l’information et la citoyenneté appelée Après l’homme, le cyborg ; il y évoque la possible utilisation humaniste de l’hyperlien et décide de la devise de l’Agora « Vers le réel par le virtuel » ;
  • 1998 : QC – Avec le soutien actif du futur Premier Ministre Landry, Jacques Dufresne et son équipe publient les premiers dossiers de l’Encyclopédie de l’Agora (agora.qc.ca) ;
  • 2000 : QC/RW – En mission au Québec pour l’Université de Liège (ULiège), Patrick Thonart se voit accorder l’exclusivité du développement de l’Agora en Europe et en Afrique par Jacques Dufresne ;
  • 2001 : QC – devenu Premier Ministre, Landry soutient officiellement l’Agora ;
  • 2002 : QC – le bureau Andersen Consulting estime les actifs identifiés de l’Agora à quelque 1,2 millions €. L’évaluation était demandée par Landry, qui désirait faire de l’Agora l’encyclopédie institutionnelle du Québec. Un changement de majorité a sonné le glas de l’opération malgré le ‘Rapport Gautrin’ qui déclarait l’Agora « première encyclopédie virtuelle, évolutive et participative en langue française » ;
  • 2004 : mise en ligne de walloniebruxelles.org, interface wallonne de l’Agora, baptisée Wallonica, par l’équipe de Patrick Thonart (Leodica sprl) ;
  • 2005 : promotion en Afrique francophone sub-saharienne (soutien de l’AWEX) ;
  • 2006 : à deux reprises, soutien officiel de la Communauté française Wallonie-Bruxelles, intéressée par l’utilisation d’une encyclopédie contrôlée et éthiquement responsable dans les cyber-classes wallonnes (M. Arena, MK. Vanbockestal, A. Diseur, F. Winckel) ;
  • 2007 : ancien rédacteur en chef de la revue de l’Union des Associations Internationales (créée par Otlet et La Fontaine au début du XXe), Paul Ghils rejoint la Wallonica et y édite la revue Cosmopolis ;
  • 2008 : la Province de Liège soutient officiellement l’initiative Wallonica et finance la migration en PHP/MySQL (logiciel libre). Nouvelle adresse : http://www.wallonica.org ;
  • 2011 : la revue Cosmopolis rejoint également les pages de wallonica.org, désormais éditée en logiciel libre ; quelques abonnés ou contributeurs prestigieux soutiennent l’initiative (Edgar Morin, Stéphane Hessel…) ; relance du projet auprès du cabinet de JC. Marcourt ;
  • 2012 : nouvelle version autofinancée de wallonica.org sous la forme d’un site autonome (MS-SharePoint) puis d’un blogue encyclopédique affranchi de la base de données québécoise (migration vers WordPress : plus adapté à l’animation via les réseaux sociaux). Les articles wallons publiés initialement dans agora.qc.ca sont progressivement rapatriés et catégorisés selon la nouvelle nomenclature ;
  • 2018 : fondation du bureau d’études wallonica.tech sous la forme d’une coopérative à finalité sociale…

L’investissement principal : la technique

L’investissement principal sine qua non est d’ordre informatique. A terme, la croissance des contenus (en volume d’articles) et la complexité de leur édition (réseau d’édition Jaucourt, interfaces personnalisées…) impliquent de (faire) développer une nouvelle plateforme web (dont l’analyse fonctionnelle est déjà validée) qui offrirait principalement les fonctionnalités suivantes puis de migrer les contenus actuels vers celle-ci :

  • EDITION PRINCIPALE EN LIGNE DES ARTICLES avec flux de validation et formulaires selon les types de contenus (personnes, lieux, œuvres…) + édition déléguée ;
  • EDITION EN LIGNE DES ANNONCES avec affectation à l’interface concernée (annonce de concert de l’OPRL dans l’interface wallonne, annonce de publication d’un livre blanc sur le Français au Kenya dans l’interface correspondante…) + édition déléguée ;
  • ADMINISTRATIONS CENTRALISEE DES DROITS selon rôles d’édition (cfr. Maisons Jaucourt) ;
  • PUBLICATION WEB-RESPONSIVE des contenus de tous types, selon domaine (URL) ;
  • APPLICATIONS de suivi d’édition, d’optimisation, d’interaction avec les utilisateurs et de statistiques de fréquentation…

3. L’édition d’une encyclopédie en ligne…

Editer une encyclopédie en ligne, pour nous, c’est conduire l’utilisateur vers le réel par le virtuel (Dufresne) et traduire dans des actions quotidiennes, techniques comme méthodologiques, trois filières d’activités « encyclopédiques » concrètes : (a) identifier et collecter les contenus qui constituent le portefeuille de savoirs des CRACS wallons, (b) les intégrer dans wallonica.org et comme dans le réseau des sites validés et (c) les animer efficacement pour assurer leur visibilité.

Pour ce faire, outre les chroniques (ci-dessus : agenda, blogue, initiatives et revue de presse), deux autres zones constituent l’espace de wallonica.org : les articles encyclopédiques et les incontournables.

Les articles…

Chaque article est classé dans une ou des sept catégories définies par l’éditeur de wallonica.org. L’approche est originale en ceci que chaque catégorie traduit ce que l’Honnête Homme peut faire face au monde qui l’entoure :

  1. Les [ACTIONS] menées par chacun pour exercer sa puissance d’être humain (sous-catégories : [Aimer], [Boire], [Discuter], [Expérimenter], [Faire du sport], [Manger], [S’amuser], [S’engager]) ; on y trouve, par exemple : amitié, clitoris, pleurs, tchoufter, Maquet, Dimey, Père Alfred, « Tu es là, vivante à mon cœur comme l’épousée », jurons liégeois, Eric van de Poele
  2. Les [ARTEFACTS] fabriqués par les artistes et les artisans entre nous qui veulent partager leur vision du monde (sous-catégories : [Architecture], [Arts de la scène], [Arts des médias], [Arts visuels], [Bande dessinée], [Cinéma], [Littérature], [Musique], [Sculpture]) ; on y trouve par exemple : sgraffite, « Visiter Liège en 10 coups de cœur », prison Saint-Léonard, Mady Andrien, Pol Bury, Laetitia Lefèvre, perron liégeois, Jacques Charlier, Adrien de Witte, André-Modeste Grétry, Morton Feldman, Line Alexandre, Georges Simenon, Salman Rushdie, Arno, Musée Tchantchès, Nestor, M. Thys : Le cinéma belge, Fabris Remouchamps, Raoul Hausmann, Philippe Graton, Jidehem, Pierre Seron
  3. Les [CONTRATS] passés entre les citoyens pour permettre la vie en société ; on y trouve par exemple : Centre d’action laïque, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen physionomie des intercommunales en Belgique (CRISP), Cosmopolis, « Auprès de quelle cour Salman Rushdie pouvait-il déposer les conclusions suivantes, pour que justice soit faite ? », « Demain… la fin du travail ? », « Notre temps a une furieuse odeur des années trente »
  4. Les [DISCOURS] scientifiques, religieux, philosophiques ou autres par lesquelles les uns expliquent le monde aux autres ; on y trouve par exemple : déclinisme, neurone miroir, monstre, « Comment notre jugement moral change quand on change de langue », « La bible n’est pas tombée du ciel », Jankelevitch : « On peut vivre sans philosophie, mais pas si bien »
  5. Les [DISPOSITIFS] grâce auxquels chacun interagit concrètement avec le monde matériel, les outils, les médias (sous-catégories : [Enjeux], [Inventeurs], [Systèmes], [Techniques]) ; on y trouve par exemple : Mundaneum, Classification décimale universelle, Zénobe Gramme, « Le HF6 de Seraing a été dynamité ce vendredi », Fichier d’autorité, WalOnMap, les différentes qualités de films disponibles sur la Toile, Mitiku Belashew, Adolphe Sax, Ernest Solvay
  6. Les [SYMBOLES] utilisés quand seule l’image ou l’objet peut aider à transmettre l’inexprimable ; on y trouve par exemple : athéisme, Grimm : La jeune fille sans mains, Rifflet : Les mondes du sacré, perron liégeois, Mozzani : Le livre des superstitions, Dac : Rituel de la Grande Loge des Voyous, Diel : Le symbolisme dans la mythologie grecque
  7. … et [LE MONDE] qui existe sans l’homme (sous-catégories : [Vie et environnement], [Terre et univers], [Matière], [Ecoumène], [Curiosa]) ; on y trouve par exemple : blob Physarum, Meuse, Krause : Chansons animales et cacophonie humaine, QuébecArbres, Région wallonne : Mieux connaître le renard, bernache du Canada, alouette des champs, hippomane

Les incontournables…

Compilation de joyaux incontournables, sélectionnés de manière purement subjective, cette série d’articles présente le meilleur, à emmener sur une île déserte… si le Wi-Fi y est gratuit. En vrac :

  • [Savoir-citer] : extraits, poèmes, aphorismes, axiomes et phrases assassines de Montaigne, Desnos, Desproges, Aragon, Maquet, Delruelle, Van Damme, Sennett, Atwood, Bloch, Maeterlinck, Gide, Lispector, Blixen, Murakami, Nietzsche
  • [Savoir-contempler] : reproductions de peintures, photos, dessins, gravures de Muls, Remouchamps, Peale, La Tour, Yamamoto, Ensor, Ubac, de Witte, Rassenfosse
  • [Savoir-documenter] : le meilleur des anthologies, dictionnaires et autres ouvrages de référence comme Quaghebeur : Anthologie de la littérature française de Belgique, Marlière : Anthologie de l’humour belge
  • [Savoir-écouter] : liens commentés vers des enregistrements des plus grands interprètes et des compositeurs les plus marquants, comme Bellini, Feldman, Lully, Ives, Franck, Froidebise, Debussy, Waldron
  • [Savoir-lire] : extraits, critiques et liens commentés vers les œuvres que nous avons aimées, comme Jacqmin : Le livre de la neige, Soreil : Dure Ardenne, Stegner : Vue cavalière, Curvers : Il était douze fois Liège
  • [Savoir-regarder] : même traitement pour les films qui nous ont marqués, avec un lien vers la bande-annonce ;
  • [Savoir-vivre-au-quotidien] : remèdes de bonne femme (bonne fame), almanach, recettes de Grand’Mère, comme élixir du Suédois, foie de veau Pierreuse, boulets à la liégeoise, poularde Valentine Thonart…

4. Déjà parus…

A chaque publication son histoire individuelle, sa motivation, son parcours et ses protagonistes. Quelques exemples :

  • AUTOUR DE BABEL : « le vendredi soir à 22h sur Musiq3 (RTBF) : une programmation éclectique pendant deux heures à ne pas rater ! La musique classique alterne avec le jazz, l’électro, la chanson, la musique du monde, la pop, le rock… Rencontre de tous les genres musicaux dans un esprit de liberté, en continu, et sans blabla. » Programmée sur la chaîne classique (aujourd’hui Musiq3), la toute première émission de ce programme radio de la Radio-Télévision Belge de la Communauté Française (RTBF) date du 12 janvier 2007 ; elle était préparée par André Defossez qui ouvrait le jeu avec Les tambourinaires du Burundi (Virgin, RealWorld 0777 7 87182). Très écouté par les mélomanes de fin de soirée, cet OVNI radiophonique a été supprimé après 10 ans d’antenne. L’article reprend la première liste d’écoute et propose des liens vers le blog « pirate » de l’émission, un recueil des listes d’écoute classées par date et préparateur, ainsi que des liens vers Dimey, Mozart, Rachmaninov, Grétry, Lekeu et Bellini…
  • Alfred MAQUETI m’a trové l’ôte djoû… : un auteur de chez nous peu connu du grand public qui a commis quelques merveilles de poésie… en wallon. Ces textes sont aujourd’hui hors édition ou très difficiles à trouver. A l’occasion du décès d’un de nos contributeurs, nous avons publié un de ses poèmes sur l’amitié, avec des liens vers T.S. Eliot, Reverdy, Ronsard et D.H. Lawrence…
  • Michel HOUET & Jean-Pierre CAO, Une fin de siècle à Liège : la presse régionale disparaît (a disparu). Un journaliste et un photographe témoignent sur 20 ans de presse à Liège, la Province en fait un magnifique ouvrage. wallonica.org annonce sa parution dans l’agenda et ajoute des liens vers d’autres événements comme l’expo Borinage 59 de Jeanloup Sieff à Charleroi, l’expo Raoul Ubac à la Boverie et le concert Dee Dee Bridgewater au festival Jazz à Liège…
  • Expo Le Jardin du paradoxe – Regards sur le CIRQUE DIVERS : c’est toute une génération qui se retrouve dans une exposition commémorative dont le dossier de presse est publié avec compléments d’information sur wallonica.org. Les anciens combattants ne sont pas toujours ceux que l’on pense… mais ils trouvent ici des liens vers d’autres expos à Vienne, à Liège, à Charleroi, à Namur…
  • Revue en ligne COSMOPOLIS de Paul Ghils. Au début du siècle dernier, Paul OTLET et Henri La Fontaine (prix Nobel de la paix) étaient des internationalistes convaincus : à connaître l’autre, on ne lui fait pas la guerre ! De cette conviction est née l’Union des Associations Internationales (UAI). Paul GHILS était devenu l’éditeur responsable de leur revue, COSMOPOLIS, que notre encyclopédie a hébergée en ligne puis qui a été migrée vers son propre site : cosmopolis-rev.org… Qui, sinon wallonica.org, va me faire découvrir cette revue spécialisée, aux thèmes de travail importants?
  • Dee Dee BRIDGEWATER : Le festival JAZZ à LIEGE accueille la diva de Memphis. Nos chroniqueurs sont là, qui en écrivent la critique en partenariat avec une revue culturelle, quatremille.be, puis la publient conjointement. Quelle encyclopédie m’offre un lien aussi étroit avec l’actualité culturelle, en reliant les événements avec les articles de fond sur Phil Abraham, Bobby Jaspar ou Mal Waldron ?
  • ABRAHAM Philippe alias Phil Abrahamjazzman wallon. L’article est extrait du Dictionnaire du jazz à Bruxelles et en Wallonie, aujourd’hui épuisé. Jean-Pol Schroeder (Maison du Jazz) nous a permis de puiser dans ce livre précieux les articles qui nous intéressaient. Quel site documentaire garde trace en ligne des contenus autrefois publiés mais aujourd’hui hors-édition qui pourraient m’intéresser ?
  • VAN DE POELE Eric, pilote de F1 verviétois. Nos contributeurs sont aussi des hommes de terrain. Ainsi, le regretté David LIMAGE, journaliste spécialisé dans les sports moteur, nous a-t-il laissé une batterie de chroniques et de notices biographiques qui continuent à faire référence. Sur quel autre site trouver des informations non-publicitaires sur des sportifs wallons ?
  • athéisme : Que l’on croie ou non à l’athéisme… c’est le débat qui prime. Des termes comme celui-là ont bien évolué depuis le XVIIIe siècle. Une encyclopédie citoyenne et donc critique gagne à mettre différentes définitions en regard, ici celles de l’abbé Yvon dans l’Encyclopédie et celle d’André Comte-Sponville dans son Dictionnaire philosophique. Quelle encyclopédie en ligne me propose une approche critique plutôt que de livrer des définitions canoniques ? Qui plus est, avec des liens vers Les mondes du sacré de Rifflet, L’Encyclopédie des symboles de Cazenave, La Légende des trois mages qui ont visité la grande voûte et découvert le centre de l’idée, le Livre des superstitions de Mozzani et… le musée Tchantchès ;
  • Poularde Valentine Thonart : Chère à l’équipe interne, la poularde en question est une recette bien wallonne de réputation internationale. Une fois publiée sur wallonica.org, elle a suscité une réaction émue du président du Club Royal des Gastronomes de Belgique qui nous a livré copie d’un menu daté de… 1965, reçu lors une rencontre de son club organisée à l’hôtel Thonart du même nom (région de Lorcé-Chevron). Publier des savoirs permet-il également d’animer les communautés de visiteurs de l’encyclopédie ? Oui, cela s’appelle (bientôt) communément du Knowledge Management social.
  • Mieux connaître le renardLa Meuse, un long fleuve pas si tranquille ; …, autant de brochures riches d’enseignements distribuées par les institutions wallonnes, qui ne vivent qu’un temps. Comment les pérenniser si ce n’est, entre autres, en les dématérialisant dans wallonica.org ?
  • Etude anonyme sur la Psychologie de la Motivation de Paul DIEL :  perdues dans l’espace infini de la Toile, des études, des collections, des galeries de médias ou des chroniques -pourtant de qualité- ne sortiront jamais dans les premières réponses de votre recherche en ligne. Comment trouver ce qui ne m’est pas montré ? Avec des liens vers Sloterdijk : en arrière toute !Les Grandes Conférences Liégeoisesdéclinismeneurone miroir, Les fondements théoriques du néo-libéralisme ou La Bible n’est pas tombée du ciel
  • PACE Maria, Tryptique : L’artothèque des Chiroux (Province de Liège) propose le prêt gratuit d’œuvres d’art wallonnes. L’initiative est belle et… peu connue. Qui plus est, les artistes wallons (souvent contemporains) sont mal documentés sur le web. Un partenariat entre Province de Liège et wallonica.org pourrait porter sur la mise en ligne des fiches d’artistes présents à l’artothèque. Ainsi chacun disposerait de plus d’informations sur l’objet de son emprunt…
  • MONTAIGNE : textes. Savoir citer un auteur n’est pas que pédanterie : être accompagné par sa culture permet d’être un acteur conscient du monde actuel. Où pourrais-je trouver une sélection des citations les plus inspirantes, accompagnées des informations qui comptent sur leur auteur ?
  • Belgique : exceptions au droit d’auteur. Publier une encyclopédie est un acte technique et un savoir-faire qui est décrit ou régi dans des textes officiels, des ouvrages de référence… Quelle encyclopédie documente également son activité, m’habituant ainsi aux bonnes pratiques de publication sur le web ?

Quelques titres d’articles en cours de publication…

Absil Jean, Akerman Chantal, Albert Vincent, Alechinsky Pierre, Amblève, Andrien Mady, Ansay Pierre, Arlon, Avouerie d’Anthisnes, Baibay Marianne, Bateson Grégory, BD, Beaucarne Julos, Belgique, Beloeil, Bernier Armand, Bertrand Cécile, Bianchi Lucien, bière, bière trappiste, Binche, Birr Jacqueline, Boël Gustave, Boutsen Thierry, Bovesse François, Brabant wallon, Brel Jacques, Bribosia Patrick, Bruegel l’Ancien, Bruges, Bruxelles, Bury Jean, Bury Pol, Carême Maurice, Carte Antoine, Castro Roland, Catherine Philippe, Cauvin Raoul, charbon, Charleroi, Charlier Jean-Joseph, chocolat, Closset Brigitte, CoBrA, Cockerill John, Colmant Jacqueline, Comès Didier, Corbiau Gérard, Corbisier Brigitte, Coulon Jean, Culliford Pierre (Peyo), Culture & Démocratie, Dardenne JP & L, Bériot C-A (de), Corte Nathalie  (de), France Cécile (de), Gerlache Adrien (de), Gobert Philippe (de), Lassus Roland (de), Mevius Raphaël (de), Radigues Didier (de), Velbrück F.-C. (de), Delcampe Armand, Delhaize Jules, Delvaux Paul, Delvaux André, Deremiens Guy, Deru Jean-Luc, Deserrano AM, Destrée Jules, Devos Raymond, Dotremont Christian, Duez Marc, Durbuy, Dutrieux Daniel, Duval François, Empain Édouard, Eupen, Folklore, Folon Jean-Michel, Fonds Baptismaux, Fourcault Émile, FRAM, franc-maçonnerie, Franck César, Francqui Émile, Franquin André, Frère Albert, Frère Paul, Frère Philippe, Frites, Fromage, Garnier Anne, Gaston Lagaffe, Gaufre, Gazzotti Bruno, Gees Paul, Geluck Philippe, Gilman Pierre, Glaser Georg, Gobert Théodore, Godefroid de Bouillon, Goscinny René, Gourmet Olivier, Goussey Roel, Greg Michel, Grétry AEM, Grumiaux Arthur, Hainaut, Hänsel Marion, Harpman Jacqueline, Hautes-Fagnes, Hermia Manu, Hillier Louis, Hislaire Bernard, Horta Victor, Houcmant Pierre, Hubert Jean-Claude, Huisman Jacques, Huppen Hermann, Husquinet Jpierre, Hustinx Damien, Ickx Jacky, Immigration italienne, Institut Jules Destrée, Jacqmain André, Jamme Louis, Jannin Frédéric, Janssens Alain, Janssis Jean, Jaspar Bobby, Jazz à Liège, Klenes Anne-Marie, Knaepen Claudine, Kresh, La Fontaine Henri, Lafontaine Philippe, Laixhay Jean-Paul, Lallemand Sadi, Lamarche C, Lambillotte  W., Lefkochir Costa, Lekeu G., Lenain C., Leonardi Michel, Lesse, Liège, Lombard Lambert, Louvain, Louvain-la-Neuve, Luypaerts Claudine (Maurane), Machiels Paul, Magritte René, Mairesse Willy, Mallet-Joris Françoise (Lilar), Mambourg Claire, Martial Patrice, Meunier Constantin, Meuse, Mons, Moulin Jeanine, Mosblech Tanja, Mouvement blanc, Musée de la photographie, Nagelmackers, Namur, Nothomb Amélie, Otlet Paul, Ourthe, Pace Maria, Palais Stoclet, Parc naturel des deux Ourthes, Parc naturel des Hauts-Pays, Parc Naturel des Vallées de la Burdinale et de la Mehaigne, Parc naturel Haute-Sûre et de la fôret d’Anlier, Parcs et réserves naturels, Passeur de mémoire, Pastur Paul, Paulus Pierre, Pédagogie, Peers Willy, Peloton anti-banditisime, Pelzer Jacques, Petry Pierre, Piedboeuf Yves, Pintus Pinky, Pire Georges, Pirotte David, Plan Marshall, Plenus Marie-Christine, Poelvoorde Benoît, Popelin Marie, Pousseur Henri, Prégardien MT, Raepsaet Pierre, Recettes de cuisine, Régionalisme, Reinhardt Jean-Baptiste, Rémi Georges (Hergé), Renard Bruno, Réserve naturelle de Waremme, Roba Jean, Rocourt Lambert, Rogier Charles, Rops Félicien, Rubens Pierre-Paul, Sadzot Philippe, Salazar Luis, Salémi Jean-Claude, Sambre, Sax Adolphe, Schuiten François, Schuiten Luc, Serrurier-Bovy, Gustave, Servais Jean-Claude, Servais Michel, Seutin Pascal, Sidérurgie, Silvestre Armand, Simenon G., Simonon Charles-Nicolas, Sokal Benoît, Solvay Ernest, Somville Roger, Spilliaert Léon, Spirou, Spiroux-Mathieux Jean, Stanicel JY, Stengers Isabelle, Strebelle Claude, Surréalisme, Tchantchès, Thielemans JB, Thiry Bruno, Thomas René, Tillieux Maurice, Tirtiaux Bernard, Torgny, Tournai, Troclet Léon-Eli, Van Damme Joseph, Van Dormael J., Van Hamme Jean, van Wissen Romain, Vandeloise Guy, Vesdre, Vieuxtemps Henri, Vrindts Joseph, Waldron Mal, Wallonie, Walthéry François, Warocqué Raoul, Warroquiers Jean, Weling René, Welter Robin, Welter Willy, Wesel Bénédicte, Wolkenar Nicolas, Yourcenar Marguerite…


5. Et demain ?

Si le partage des savoirs est une mission qui ne trouve jamais son terme, il importe de rester pragmatique et de dégager les actions prioritaires pour les mois et années à venir. wallonica.org doit, en fonction des ressources disponibles :

  1. Intensifier et organiser (priorisation des contenus à publier) la collecte, le traitement et la diffusion des contenus wallons ; finaliser la migration des contenus wallons encore présents dans l’Agora québécoise ;
  2. Pérenniser l’initiative grâce à la gestion quotidienne d’une structure stable, un bureau d’études créé sous la forme d’une coopérative à finalité sociale, le bureau wallonica.tech ;
  3. Réactiver et piloter le réseau des auteurs, contributeurs et partenaires de l’initiative (réseautage, newsletter et promotion) en formalisant le réseau des Maisons Jaucourt et leur fonctionnement ;
  4. Mettre en place un atelier annuel à l’attention des acteurs des Maisons Jaucourt (bilan, stratégie, méthodes, formation);
  5. Effectuer la maintenance technique et éditoriale des interfaces existantes, poursuivre le développement (modules promotionnels) et implémenter un dispositif de contrôle qualité ;
  6. Développer des modules de formation (méthodologie) et documenter les bonnes pratiques en ligne ;
  7. Obtenir et générer des ressources (commerciales et institutionnelles) menant, à terme, à l’autofinancement. Une des actions prévoit la finalisation des valises de promotion.

Ce dossier de présentation est également imprimable en A4
(clic droit sur la page et confirmer « Imprimer » dans le menu contextuel).
A votre demande, il peut faire l’objet d’une présentation en diapositives animées.

Plus d’infos ? Ecrivez-nous via notre formulaire en ligne
ou contactez Patrick THONART au +32 470 37.32.34
wallonica (at) gmail (point) com
147a rue des Wallons à B-4000 LIEGE